mis à jour le

Libye: au moins 21 morts dans les combats

Des combats ont opposé lundi les forces du général Khalifa Haftar à des groupes islamistes à Benghazi, dans l'est de la Libye, faisant au moins 21 morts, alors que le Premier ministre contesté Ahmed Miitig a pris possession du siège du gouvernement à Tripoli.

Deux semaines après le début de l'opération "anti-terroriste" lancée par ce général dissident, les affrontements du lundi ont fait au moins 21 morts, dont 11 militaires, et 112 blessés, selon un bilan fourni par des hôpitaux de la ville. Un ambulancier, un étudiant et une femme figurent parmi les victimes civiles.

Il s'agit des affrontements les plus violents depuis ceux du 16 mai, lorsque le général Haftar a lancé une offensive destinée selon lui à éradiquer les "groupes terroristes" implantés dans l'est du pays, faisant au moins 76 morts.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, les autorités de transition n'ont pu rétablir l'ordre dans un pays plongé dans le chaos et sous la coupe des milices. 

Ainsi le pays a deux gouvernements qui se disputent la légitimité du pouvoir, mais, lundi soir, le cabinet contesté d'Ahmed Miitig a annoncé avoir pris possession du siège de la primature malgré le refus du cabinet sortant d'Abdallah al-Theni de lui remettre le pouvoir.

M. al-Theni avait affirmé mercredi qu'il s'en remettait à la justice pour déterminer s'il devait céder le pouvoir au nouveau cabinet, évoquant les recours déposés par des députés contre l'élection chaotique de M. Miitig au Parlement. 

A Benghazi, les combats ont éclaté après une attaque à l'arme lourde lancée par des groupes islamistes, dont Ansar Asharia, contre un camp militaire de l'armée libyenne, a déclaré le colonel Saad Al-Werfelli, commandant de la base aérienne de la ville et loyal au général dissident.

- Ville quasi paralysée -

Ces groupes radicaux ont bombardé tôt lundi "le camp 21", cernant les soldats qui s'y trouvaient et faisant des morts et des blessés, a poursuivi le colonel Werfelli. Ce camp appartient aux unités d'élite de l'armée à Benghazi qui avaient apporté leur appui au général Haftar. 

Des forces de l'armée de l'air loyales au général dissident sont venues à la rescousse et ont mené des raids aériens contre les assaillants, a ajouté cet officier.

Avant même le lancement de l'opération "Dignité" du général Haftar, des combats opposaient régulièrement ces forces spéciales de l'armée aux groupes radicaux, en particulier Ansar Asharia classé organisation "terroriste" par les Etats-Unis. 

Ce regain de violence a entraîné la suspension des examens de fin d'année dans les lycées de Benghazi, selon le ministère de l'Education. 

Des familles se sont retrouvées prises entre deux feux, en particulier dans la région de Sidi Fradj, fief d'Ansar Asharia, à l'ouest de la ville, selon des témoins. 

Les habitants se terrent chez eux et la ville est quasi paralysée, même si le calme semblait revenir dans l'après-midi et en début de soirée, a-t-on ajouté de mêmes sources.

  

- Méfiance y compris parmi ses alliés -

Des médecins et responsables du corps médical ont appelé sur des télévisions à épargner les civils, déplorant l'incapacité de l'Etat à stabiliser la situation dans cette ville, berceau de la révolte de 2011.

A Tunis, les Affaires étrangères ont appelé les ressortissants tunisiens à quitter Benghazi.

Le général Haftar, 71 ans, qui affirme avoir un "mandat" du peuple pour combattre le "terrorisme", a proclamé la semaine dernière qu'il n'y aurait pas de retour en arrière dans son offensive.

Mais depuis le lancement de cette opération le 16 mai, les forces de Haftar se sont contentées de mener des raids aériens éclairs sur des positions présumées de groupes islamistes armés.

Le général dissident affirme régulièrement que son opération "se poursuivait" et qu'elle a porté un coup dur aux groupes radicaux. Mais ses détracteurs islamistes minimisent l'impact de ces opérations: "Haftar a sorti plus de communiqués que de balles", ironisent-ils sur les réseaux sociaux.

L'opération "Dignité" est accueillie avec beaucoup de méfiance y compris parmi les alliés du général Haftar, qui avait participé à la rébellion contre le régime Kadhafi en 2011 et assure que son objectif ultime est d'"éradiquer le terrorisme" et de former une "armée nationale". Toutefois, des doutes planent toujours sur ses intentions réelles.

Par ailleurs, le chef d'état-major de l'armée régulière libyenne Abdessalam Jadallah Al-Abidi, est sorti indemne d'une attaque lancée par des hommes armés contre son convoi à Tripoli, a indiqué à l'AFP son porte-parole.

AFP

Ses derniers articles: Libye: l'Egypte oeuvre pour une "solution politique"  Au Nigeria, le secteur aérien est dans la tourmente  CAN: le Ghana sur la route des quarts, l'Egypte au rebond 

Benghazi

AFP

Libye: 15 soldats tués dans un attentat suicide

Libye: 15 soldats tués dans un attentat suicide

AFP

Libye: un quartier de Benghazi repris aux jihadistes

Libye: un quartier de Benghazi repris aux jihadistes

Guerre civile

En Libye, les missions de médiation de l'ONU n'ont fait qu'empirer la situation

En Libye, les missions de médiation de l'ONU n'ont fait qu'empirer la situation

combats

AFP

Libye: violents combats entre milices rivales

Libye: violents combats entre milices rivales

AFP

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte

AFP

Ouganda: au moins 55 morts dans des combats dans l'ouest

Ouganda: au moins 55 morts dans des combats dans l'ouest

morts

AFP

Mali: 60 morts dans un attentat contre les groupes signataires de la paix

Mali: 60 morts dans un attentat contre les groupes signataires de la paix

AFP

Mali: attentat suicide contre un camp de groupes armés, 37 morts

Mali: attentat suicide contre un camp de groupes armés, 37 morts

AFP

Nigeria: 50 morts dans un camp de déplacés après une frappe accidentelle de l'armée

Nigeria: 50 morts dans un camp de déplacés après une frappe accidentelle de l'armée