mis à jour le

Le roi du Maroc appelle

Le roi du Maroc Mohamed VI a affirmé samedi, à l'Assemblée nationale constituante tunisienne (ANC), la nécessité d'édifier un Maghreb "fort", alors que son pays est en désaccord avec l'Algérie sur la question du Sahara occidental.

"L'union du Maghreb arabe (UMA) n'est plus un choix facultatif ou un luxe politique, c'est une revendication populaire pressante et une exigence régionale stratégique incontournable", a-t-il précisé dans son discours à l'occasion de sa première visite officielle en Tunisie depuis la révolution de 2011.

La mise en oeuvre de l'UMA, une instance régionale lancée en 1989 et qui regroupe l'Algérie, la Libye, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie, bute sur des contentieux politiques entre pays membres, en particulier entre Rabat et Alger.

Ces derniers sont en désaccord sur la question du Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole contrôlée par Rabat mais revendiquée par les indépendantistes du Front Polisario soutenus par Alger.

Pour le roi marocain, "édifier un Maghreb grand, fort et capable de remplir le rôle qui lui revient aux plans politique, économique, social et sécuritaire doit, pour se concrétiser, reposer sur de solides relations unissant les cinq Etats du Maghreb et s'appuyer, par ailleurs, sur des projets inclusifs qui renforcent la position et l'évolution de l'Union maghrébine".

- Nouvelle Constitution en 2011 -

 

Ce blocage "décevant" qui "entrave l'exploitation optimale des richesses et des potentialités" ainsi que "la fermeture des frontières (...) ne sont plus compatibles ni avec la Charte fondatrice de l'Union (...)ni avec les exigences de l'interdépendance et de la complémentarité géographique", a-t-il ajouté.

L'UMA représente un marché potentiel de quelque 90 millions d'habitants. Mais l'intégration régionale est parmi les plus faibles au monde. La longue frontière commune entre le Maroc et l'Algérie est ainsi officiellement fermée depuis 1994.

Selon Mohamed VI, "à tort celui qui pense qu'un seul Etat peut résoudre les problèmes de développement et à répondre aux attentes des peuples. A tort celui qui pense qu'un seul Etat peut répondre aux problèmes de sécurité et de stabilité".

Le roi a en outre apporté son soutien au processus démocratique en Tunisie.

Le Maroc a été touché par des manifestations dans la foulée du Printemps arabe, le conduisant à adopter en 2011 une nouvelle Constitution renforçant certains pouvoirs du gouvernement, sans remettre en cause la prééminence de la monarchie.

Maghreb

AFP

Projet "commun" du Maghreb de faire inscrire le couscous au patrimoine de l'humanité (Alger)

Projet "commun" du Maghreb de faire inscrire le couscous au patrimoine de l'humanité (Alger)

AFP

La Tunisie annonce avoir tué un cadre d'Al-Qaïda au Maghreb islamique

La Tunisie annonce avoir tué un cadre d'Al-Qaïda au Maghreb islamique

AFP

Édouard Philippe poursuit

Édouard Philippe poursuit

Maroc

AFP

Mondial-2018: le Maroc avec 23 joueurs désignés, pas de surprise

Mondial-2018: le Maroc avec 23 joueurs désignés, pas de surprise

AFP

Espagne: Munir El Haddadi ne pourra pas jouer le Mondial avec le Maroc

Espagne: Munir El Haddadi ne pourra pas jouer le Mondial avec le Maroc

AFP

Le Maroc gère ses "revenants", selon son chef de l'antiterrorisme

Le Maroc gère ses "revenants", selon son chef de l'antiterrorisme

roi

AFP

Le roi du Maroc soutient l'Afrique pour le développement du fleuve Congo

Le roi du Maroc soutient l'Afrique pour le développement du fleuve Congo

AFP

Surprise et préoccupation au Swaziland, rebaptisé par son roi

Surprise et préoccupation au Swaziland, rebaptisé par son roi

AFP

Le roi du Swaziland rebaptise son pays "eSwatini"

Le roi du Swaziland rebaptise son pays "eSwatini"