mis à jour le

Omar Hassan el-Béchir / REUTERS
Omar Hassan el-Béchir / REUTERS

Soudan: Comment le régime d'el-Béchir musèle la presse

Pour anéantir les opposants, les autorités de Karthoum s'emploient à censurer les médias soudanais.

Les journalistes au Soudan ont été interdits d'enquêter et de publier des informations sur l'arrestation du leader d'opposition et ancien Premier ministre, Sadek al-Mahdi, détenu depuis le 17 mai pour avoir accusé une force paramilitaire d'exactions, rapporte lundi l'agence officielle Suna. 

M. Mahdi, qui fait l'objet d'une enquête pour des accusations de trahison pourrait être condamné à la peine de mort s'il est jugé coupable. 

Les procureurs de la Sécurité de l'Etat ont «interdit la publication et le traitement par les médias de cette affaire criminelle», a rapporté Suna. 

La décision a pour but d'éviter que l'enquête et le travail de la justice ne soient affectés négativement, selon les justifications rapportées par Suna.

L'ONG de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF) a exprimé le 22 mai son inquiétude sur la situation de la presse au Soudan où «les autorités (...) suivent une ligne de plus en plus autoritaire envers les médias», en dépit de promesses répétées de réformes de la part du gouvernement. 

M. Mahdi a été arrêté le 17 mai par le puissant Service national de renseignement et de sécurité (NISS) après avoir selon ce service, accusé une unité paramilitaire, les Rapid support forces, de viols et de violences contre les populations civiles au Darfour.

Cette région de l'ouest du Soudan est en proie depuis 2003 à une rébellion armée doublée ces dernières années par une hausse des actes criminels et des combats entre tribus arabes se disputant terre, eau et droits miniers.

Suite à cette arrestation, le parti d'opposition Oumma, que dirige M. Mahdi, a décidé de quitter le "dialogue national" lancé en janvier par le président Omar el-Béchir dans le but de trouver une solution aux multiples crises que traverse le pays.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les citoyens africains ont davantage confiance en leurs leaders religieux qu'en la justice  Au Mali, l'Assemblée nationale privée d'électricité pour impayés  En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays 

censure

Internet

En Ouganda il y a du wifi gratuit, mais à condition d'aller sur les sites autorisés

En Ouganda il y a du wifi gratuit, mais à condition d'aller sur les sites autorisés

AFP

Afrique du Sud: soupçons de censure

Afrique du Sud: soupçons de censure

WTF

Quand l'Egypte accuse le dessin animé Tom et Jerry de jouer un rôle dans les violences politiques

Quand l'Egypte accuse le dessin animé Tom et Jerry de jouer un rôle dans les violences politiques

el-Béchir

AFP

Soudan: le président Omar el-Béchir reçu en "vieil ami"

Soudan: le président Omar el-Béchir reçu en "vieil ami"

AFP

Elections au Soudan: Omar el-Béchir qualifie les critiques internationales de "colonialistes"

Elections au Soudan: Omar el-Béchir qualifie les critiques internationales de "colonialistes"

AFP

Soudan: Omar el-Béchir part favori pour la présidentielle d'avril

Soudan: Omar el-Béchir part favori pour la présidentielle d'avril

journalistes

AFP

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

AFP

Côte d'Ivoire: six journalistes arrêtés pour "fausses informations"

Côte d'Ivoire: six journalistes arrêtés pour "fausses informations"

AFP

Otages d'Arlit: pas de lien avec l'assassinat de journalistes de RFI

Otages d'Arlit: pas de lien avec l'assassinat de journalistes de RFI