mis à jour le

Le Tchad "suspend" les travaux" d'exploration d'un pétrolier chinois

Le Tchad a décidé de "suspendre tous les travaux" d'exploration de la filiale tchadienne de la compagnie pétrolière publique chinoise (CNPCIC), l'accusant de violer systématiquement la législation environnementale, dans une lettre du ministre tchadien du pétrole Djérassem Bémadjiele à la compagnie, parvenue à l'AFP vendredi.

"La CNPCIC opère des pratiques néfastes: des pollutions caractérisées qui sont prohibées, non seulement par la législation et la réglementation en vigueur en République du Tchad, mais également par l'industrie pétrolière internationale", écrit le ministre, avant de "notifier à la CNPCIC la suspension de tous ses travaux de recherche et de forage" au Tchad à compter du 21 mai.

"Plusieurs dizaines de sites ont subi des déversements nocifs à l'environnement", indique le ministre, accusant la compagnie - dont les activités avaient été suspendues brièvement une première fois en août 2013 pour les mêmes motifs - de continuer à avoir recours systématiquement à ces "pratiques inacceptables"  

Ces pratiques "consistent à combler les sites pollués sans traitement préalable", précise la lettre.

"Au regard de cette grave violation des textes de protection de l'environnement", le gouvernement tchadien avait demandé à la compagnie chinoise de payer 1,2 milliard de dollars US pour le préjudice subi, ce que la société n'a pas fait, assure le ministre.

Face à ce comportement, le Tchad "notifie à la CNPCIC la suspension de tous ses travaux de recherche et de forage sur toute l'étendue" de son territoire, ajoute-t-il.

Les autorités tchadiennes ont déjà été en conflit avec des compagnies chinoises exploitant du pétrole dans leur pays.

Ainsi, en mars, les syndicats de salariés tchadiens d'un consortium chinois d'exploration pétrolière opérant également dans le Sud du pays avaient appelé à la grève pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer des augmentations de salaire.

Le Tchad a commencé à exploiter ses gisements pétroliers en 2003. Selon des sources officielles, la production était de l'ordre de 120.000 barils par jour en 2011.

Les revenus pétroliers lui ont permis de moderniser son armée, de se doter d'un meilleur réseau routier et de construire de nombreux bâtiments publics. Mais certains membres de la société civile demandent au régime d'employer davantage cette manne pour l'amélioration des conditions de vie de la population.

 

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel 

Chinois

AFP

Afrique du Sud: soupçons sur un braconnier chinois et un ministre

Afrique du Sud: soupçons sur un braconnier chinois et un ministre

AFP

Ethiopie: inauguration d'un train chinois pour relier Addis Abeba au port de Djibouti

Ethiopie: inauguration d'un train chinois pour relier Addis Abeba au port de Djibouti

AFP

Nigeria: libération de deux Chinois enlevés le week-end dernier

Nigeria: libération de deux Chinois enlevés le week-end dernier

Tchad

AFP

Le Tchad sous haute tension

Le Tchad sous haute tension

AFP

Disparition de militaires au Tchad : Paris demande une enquête

Disparition de militaires au Tchad : Paris demande une enquête

AFP

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle