mis à jour le

Manifestation d'immigrés, Paris / AFP
Manifestation d'immigrés, Paris / AFP

Imaginons que tous les immigrés quittent la France

Les conséquences seraient désastreuses pour la croissance économique.

Les Français, comme les autres pays de l’Union européenne, élisent leurs députés au Parlement européen, le 25 mai prochain. Des sondages indiquent une possible percée des partis d’extrême droite, anti-immigration et xénophobes, parmi lesquels le Front national.

Or, ce même Front national, par la voix de son président d’honneur, Jean-Marie Le Pen, 85 ans, vient de lancer une polémique sur la question de l’immigration en France. Celui qui est lui-même candidat à ces législatives a émis l’idée que la solution la plus efficace pour mettre un terme à l’immigration africaine de masse pouvait être le virus Ebola. Le virus de la fièvre hémorragique a tué une dizaine de personnes sur le continent depuis le début de l’année.

Cette énième sortie de Jean-Marie Le Pen veut dire une chose simple que le Front national et lui-même soutiennent depuis des années: les immigrés doivent tous quitter la France. Le mouvement d’extrême droite considère qu’il y a trop d’immigrés dans l’Hexagone, même si les Nations unies estiment leur nombre à 7,3 millions soit seulement 11% de la population française.

Or, que deviendrait la France si tout ce monde quittait le territoire? C’est le débat lancé par le site Vice. Comme disent les partis eurosceptiques et xénophobes, les immigrés sont-ils une menace pour l’emploi et pour la croissance?

«L’immigration contribue à la croissance démographique d’un pays. Beaucoup de pays d’Europe sont confrontés à un vieillissement de leur population. En France, l’immigration n’a pas tellement d’incidence sur le vieillissement, car de nombreux immigrés sont âgés. Mais elle a une incidence sur la croissance de la population française, c’est-à-dire sur le nombre de personnes résidant sur le territoire français», estime Catherine de Wenden, directrice de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique).

Catherine de Wenden considère donc qu’un départ massif des immigrés aurait des conséquences très importantes et ajoute toujours sur Vice:

«Ils occupent des emplois peu qualifiés, pénibles, irréguliers et souvent mobiles sur le territoire. Ils travaillent principalement dans des secteurs comme le bâtiment, l’agriculture, le tourisme, la confection, l'entretien domestique et industriel, l'aide à la personne, etc. Qu'ils partent du jour au lendemain serait un réel problème car ces métiers ne seraient plus pourvus. La main-d’œuvre viendrait donc à manquer.  Quelle que soit la situation du chômage, il y a peu de flexibilité de la population nationale pour accepter ces métiers-là.»

Lu sur Vice

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

croissance économique

Bémol

Croissance ne rime pas forcément avec enrichissement

Croissance ne rime pas forcément avec enrichissement

Business plan

Cinq erreurs à ne pas faire pour développer son entreprise en Afrique

Cinq erreurs à ne pas faire pour développer son entreprise en Afrique

Croissance

Les perdants et les gagnants du boom économique de l'Afrique

Les perdants et les gagnants du boom économique de l'Afrique

Ebola

AFP

Ebola en RDC : Kinshasa annonce la maîtrise de l'épidémie

Ebola en RDC : Kinshasa annonce la maîtrise de l'épidémie

AFP

Nouvelle avancée prometteuse contre Ebola

Nouvelle avancée prometteuse contre Ebola

Virus

Le retour d'Ebola au Congo est un test avant la prochaine grande épidémie

Le retour d'Ebola au Congo est un test avant la prochaine grande épidémie

extrême droite

Vu d'Oran

L'Algérie, un pays où l'extrême droite est déjà au pouvoir

L'Algérie, un pays où l'extrême droite est déjà au pouvoir

Sport

Du black-blanc-beur au blanc-blanc-blanc

Du black-blanc-beur au blanc-blanc-blanc