mis à jour le

Le général Khalifa Haftar / REUTERS
Le général Khalifa Haftar / REUTERS

Le général Haftar, l'homme qui peut sortir les Libyens du chaos

Faut-il voir dans le coup de force de général à la retraite le début de la fin des milices islamistes?

Il était grand temps que quelque chose fût fait en Libye contre les milices islamistes. En effet, depuis la chute du régime du colonel Mouammar Kadhafi, plus rien ne va dans ce pays, en tout cas au plan sécuritaire. Les islamistes dictent leur loi face à des autorités dont l’impuissance crève les yeux.

Le général à la retraite, Khalifa Haftar, vient de sonner la révolte contre ces islamistes. Il se dit déterminé à en découdre avec ces terroristes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne ménage aucun moyen à cet effet. Les forces qui lui sont fidèles opèrent avec des avions en dépit du fait que les autorités militaires nationales ont décrété une zone d’exclusion aérienne sur Benghazi.

C’est dire que ce général Haftar qui a, du reste, reçu le soutien d’officiers et d’unités de l’armée régulière, est sûr de ce qu’il fait et dispose des moyens de sa politique. Il se pourrait même qu’il bénéficie, d’une manière ou d’une autre, du soutien des Occidentaux dont les intérêts sont également remis en cause du fait de l’insécurité ambiante dans le pays.

Ce nouveau développement de la situation inquiète sans doute les autorités officielles libyennes, qui accusent le général Haftar de vouloir perpétrer un coup d’Etat militaire. L’intéressé s’en défend et dit agir dans la seule intention de «purger Benghazi des terroristes».

Quoi qu’il en soit, c’est l’avenir d’une Libye unie, avec des perspectives démocratiques, qui se joue actuellement. Cette situation vient rappeler qu’entre les institutions étatiques qui brillent par leur non-maîtrise de la situation et les islamistes qui font la loi dans bien des situations, il y a les démocrates laïcs. Ceux-ci n’entendent pas laisser les islamistes remettre en cause l’espoir de liberté et de lendemains meilleurs qu’avait suscité la fin du règne de Kadhafi et pour lequel bien des Libyens ont consenti d’énormes sacrifices. Cet espoir que certains auront payé de leur vie. C’est un combat entre ceux qui ont intérêt à ce que le désordre perdure dans le pays pour qu’ils puissent jouir de privilèges indus, entre autres, en exploitant illégalement et à souhait les ressources, et ceux qui, patriotes sincères, rêvent d’un pays pacifié, stabilisé. Dans cette lutte sans merci entre la laïcité et l’islamisme, des individus entendent, par leur action, pallier la déficience de l’Etat.

Certes, le général Haftar a peut-être les intentions qu’on lui prête. Il n’est pas exclu qu’il veuille, à terme, renverser les autorités régulières du pays et prendre à l’occasion le pouvoir. Mais au regard du niveau de déliquescence auquel est parvenu l’Etat libyen et de l’incapacité manifeste dont font preuve les autorités régulières, il est difficile de reprocher à ce général de prendre ses responsabilités.

Lire la suite sur LePays.bf

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

Benghazi

AFP

Libye: 15 soldats tués dans un attentat suicide

Libye: 15 soldats tués dans un attentat suicide

AFP

Libye: un quartier de Benghazi repris aux jihadistes

Libye: un quartier de Benghazi repris aux jihadistes

Guerre civile

En Libye, les missions de médiation de l'ONU n'ont fait qu'empirer la situation

En Libye, les missions de médiation de l'ONU n'ont fait qu'empirer la situation

chaos libyen

Réconciliation

La solution au chaos libyen, c'est la société civile

La solution au chaos libyen, c'est la société civile

Tribune

 Les nouveaux réseaux de la France en Libye

Les nouveaux réseaux de la France en Libye

islamisme

Réveil

Boko Haram, une affaire de tous

Boko Haram, une affaire de tous

Farhat Othman

Islamisme politique : raisons de l’échec et conditions de la réussite

Islamisme politique : raisons de l’échec et conditions de la réussite

satarbf

Islamisme pour plus de régionalisme

Islamisme pour plus de régionalisme