mis à jour le

Egypte: les avocats des reporters d'Al-Jazeera jugés se retirent

Trois des avocats de deux journalistes d'Al-Jazeera jugés en Egypte pour soutien aux islamistes, se sont retirés jeudi en accusant la chaîne du Qatar d'utiliser ce procès pour nuire à l'Egypte.

Au total dans ce procès qui a déclenché un tollé international, neuf détenus sont jugés, ainsi que 11 personnes par contumace: 16 Egyptiens sont accusés d'appartenir à une "organisation terroriste" -les Frères musulmans du président destitué Mohamed Morsi- et quatre étrangers pour "diffusion de fausses nouvelles".

Lors d'une nouvelle audience jeudi, Farag Fathy, Mohamed Farhat et Mokhless El-Salhy, les principaux défenseurs des journalistes australien Peter Greste et égyptien Baher Mohamed, détenus depuis fin décembre, ont annoncé leur retrait.

"Al Jazeera se sert de mes clients. J'ai des e-mails de la chaîne affirmant ne pas se préoccuper d'eux mais plutôt d'insulter l'Egypte", a affirmé Me Fathy aux juges, accusant la télévision satellitaire de "fabriquer des déclarations" qu'elle lui attribue.

Peter Greste, qui travaille à l'antenne anglophone d'Al-Jazeera s'est dit "déconcerté", affirmant entendre "pour la première fois parler de ce problème".

Un troisième journaliste est également détenu depuis plus de quatre mois, le directeur égypto-canadien du bureau de la chaîne au Caire, Mohamed Fadel Fahmy.

Son avocat, Ibrahim Abdel Wahab, a accusé "le parquet de tenter d'entraver" leur travail. "On nous réclame 1,2 million de livres égyptiennes (environ 123.000 euros) pour obtenir des copies des preuves".

L'Egypte et le Qatar sont à couteaux tirés depuis la destitution de M. Morsi par l'armée en juillet. Le Caire reproche à Doha de soutenir les Frères musulmans, en particulier via Al-Jazeera, tandis que le petit émirat gazier dénonce la violente répression des pro-Morsi -1.400 morts, 15.000 arrestations et des centaines de condamnations à mort à l'issue de procès expéditifs.

L'antenne égyptienne de la chaîne satellitaire qatarie a en outre été fermée.

Le procès a été ajourné au 22 mai. Lors des précédentes audiences, le parquet avait produit des enregistrements inaudibles après avoir cherché à prouver que les journalistes manipulaient les images de leurs reportages en montrant des vidéos sans lien avec leur travail.

Un neuvième accusé, Khaled Abdel Rahmane, a récemment été arrêté et était présent jeudi pour la première fois dans le box grillagé des accusés, a constaté un journaliste de l'AFP. 

"Je n'ai jamais collaboré avec Al-Jazeera ni envoyé des vidéos à la chaîne. Je suis un citoyen normal, je ne suis pas membre des Frères musulmans et je ne sais pas pourquoi je suis dans cette cage", a-t-il affirmé à l'AFP.

AFP

Ses derniers articles: Perpétuité pour Habré: "message aux dictateurs et tournant pour l'Afrique"  Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud  Burkina: ouverture et renvoi du procès du dernier gouvernement Compaoré 

avocats

AFP

Zambie: le chef de l'opposition empêché de voir ses avocats

Zambie: le chef de l'opposition empêché de voir ses avocats

AFP

Procès de Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire: ses avocats n'assisteront pas

Procès de Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire: ses avocats n'assisteront pas

AFP

Tunisie: des avocats manifestent contre le projet de budget 2017

Tunisie: des avocats manifestent contre le projet de budget 2017

juges

AFP

Nigeria: arrestation de juges et biens saisis dans une opération anticorruption

Nigeria: arrestation de juges et biens saisis dans une opération anticorruption

AFP

Zimbabwe: le président Mugabe menace les juges

Zimbabwe: le président Mugabe menace les juges

AFP

Côte d'Ivoire: deux soldats jugés pour l'attaque terroriste de Grand Bassam

Côte d'Ivoire: deux soldats jugés pour l'attaque terroriste de Grand Bassam