mis à jour le

Amnesty appelle le Tchad

Amnesty International a appelé mercredi le Tchad à revenir sur sa décision de fermer sa frontière avec la Centrafrique, mettant en garde contre les "conséquences dramatiques" d'une telle mesure pour les civils qui fuient les violences dans leur pays.

"La décision du gouvernement tchadien de fermer la longue frontière qui borde le sud du pays aura des conséquences dramatiques pour les hommes, femmes et enfants fuyant les violences en République centrafricaine qui empirent depuis des mois", a déclaré Amnesty International dans un communiqué.

La fermeture de la frontière entre le Tchad et la Centrafrique, longue de plus de 1.000 km, a été annoncée lundi par la présidence tchadienne. Elle vise notamment, selon N'Djamena, à éviter les infiltrations de combattants armés susceptibles de semer le trouble dans la région transfrontalière.

"Tout Tchadien qui désire rentrer chez lui avec ses biens, nous lui ouvrirons grandement la frontière. Mis à part ce cas précis, personne n'est autorisé à franchir cette frontière jusqu'à ce que la crise centrafricaine soit résolue", a expliqué le président Idriss Déby.

"Le président Déby ferme la porte aux personnes qui veulent quitter la République centrafricaine pour se réfugier au Tchad, les condamnant ainsi à souffrir davantage", a déploré mercredi Christian Mukosa, spécialiste de l'Afrique centrale à Amnesty International. "Il faut qu'il revienne sur sa décision", a-t-il déclaré, appelant par ailleurs la communauté internationale à "faire plus pour soutenir les dizaines de milliers de réfugiés qui ont fui la Centrafrique pour se rendre au Tchad".

Le Tchad, qui a mené une vaste opération de rapatriement de ses ressortissants - 150.000 personnes - de décembre 2013 à février 2014, est aujourd'hui confronté à un afflux massif de réfugiés dans le sud. N'Djamena a lancé fin avril un appel à la communauté internationale pour une aide de 32 millions d'euros.

"Des dizaines de milliers de civils centrafricains, ainsi que d'anciens combattants, ont déjà afflué vers le Tchad, où beaucoup font face à des conditions très difficiles dans des camps de réfugiés officiels ou des campements informels", relève Amnesty, qui insiste également sur le fait que "les civils centrafricains ne doivent pas être renvoyés de l'autre côté de la frontière, où ils peuvent être attaqués ou tués".

Depuis décembre, rappelle Amnesty, la crise en Centrafrique s'est aggravée, donnant lieu "à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, dans un climat de nettoyage ethnique".

AFP

Ses derniers articles: Verdict définitif pour Hissène Habré, jugé pour crimes contre l'humanité  Climat: au Sahel, trois fois plus de tempêtes extrêmes en 35 ans  Les journalistes du Maghreb "sous haute tension", selon RSF 

Centrafrique

AFP

La Centrafrique doit rester

La Centrafrique doit rester

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

frontière

AFP

Centrafrique: une ville assiégée

Centrafrique: une ville assiégée

AFP

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

AFP

Tchad: réouverture partielle de la frontière avec la Libye

Tchad: réouverture partielle de la frontière avec la Libye

Tchad

AFP

Soudan: recherches pour retrouver le Français enlevé au Tchad

Soudan: recherches pour retrouver le Français enlevé au Tchad

AFP

L'otage français enlevé au Tchad se trouve au Soudan

L'otage français enlevé au Tchad se trouve au Soudan

AFP

Un Français enlevé au Tchad

Un Français enlevé au Tchad