mis à jour le

Afrique du Sud: nouvelle démonstration de force syndicale devant Marikana

Le syndicat radical Amcu, qui mène une grève dure dans les principales mines de platine sud-africaines depuis fin janvier, a mobilisé plusieurs milliers de grévistes à Marikana (nord) pour refuser les appels à la reprise du travail lancé par le groupe britannique Lonmin.

Devant ses troupes rassemblées dans le calme dans un stade proche de la mine, le président d'Amcu Joseph Mathunjwa a appelé à "rester inébranlable" quand bien même le manque d'argent se fait cruellement sentir.  

Amcu réclame que le salaire de base des mineurs soit porté à 12.500 rands (880 euros, plus du doublement du salaire actuel) et a tout au plus accepté que l'augmentation puisse se faire en quatre ans.

Ses dirigeants ont rejeté la dernière offre des trois premiers producteurs mondiaux de platine touchés par la grève, Anglo American Platinum (Amplats), Impala Platinum (Implats) et Lonmin, qui veulent bien aller jusqu'à la somme demandée 12.500 rands d'ici 2017 mais en y incluant les primes et les allocations.

"Nous sommes en grève jusqu'à ce que nous obtenions un salaire de base de 12.500" rands, a souligné à l'AFP Andile Sovendle, représentant Amcu chez Lonmin. "La compagnie ne parle pas la même langue que nous: nous disons, c'est 12.500 de salaire de base, alors que la compagnie nous répond 12.500 de coût total pour la compagnie".

La police sud-africaine avait été massivement déployée, officiellement pour protéger ceux des mineurs qui souhaiteraient reprendre le travail. Le groupe Lonmin a en effet rouvert ses installations, jugeant que la plupart des mineurs veulent en finir avec la grève. 

"Des employés retournent au travail mais nous n'allons pas donner des chiffres détaillés", a indiqué une porte-parole Sue Vey à l'AFP, affirmant que la reprise du travail ne pouvait pas se faire du jour au lendemain. "C'est un processus" et "il y a eu des intimidations", a-t-elle déploré.

Plusieurs échoppes ambulantes ont été incendiées mardi et trois mineurs ont été assassinés ces derniers jours, victimes, selon l'ancien syndicat majoritaire, le NUM, de leur opposition à la grève. Six autres personnes ont été agressées à la machette, selon la police.

"Nous n'encourageons pas la violence ou l'intimidation", a cependant assuré Joseph Mathunjwa à des journalistes. "Amcu n'est responsable que des piquets de grève. Tout ce qui se passe dans la localité n'est pas de notre ressort", a-t-il ajouté. 

Comme les autres groupes, la direction de Lonmin a menacé d'une restructuration si le travail ne reprend pas et elle a contacté individuellement ses employés par SMS.

Cette façon de court-circuiter le syndicat a fait enrager Amcu, qui a porté plainte devant le tribunal du travail.

La mine de platine de Marikana est entrée dans l'histoire quand la police sud-africaine a abattu 34 mineurs en grève sauvage, le 16 août 2012. C'est à cette occasion que s'est forgé le mot d'ordre de 12.500 rands par mois.

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

AFP

Afrique du Sud: l'ANC rejette "l'appel" à la démission de Jacob Zuma

Afrique du Sud: l'ANC rejette "l'appel" à la démission de Jacob Zuma

AFP

Afrique centrale: un sommet régional sur la sécurité

Afrique centrale: un sommet régional sur la sécurité

Marikana

AFP

Afrique du Sud: hommage très politique aux mineurs de Marikana tués en 2012

Afrique du Sud: hommage très politique aux mineurs de Marikana tués en 2012

Inégalités

L'ascension du seul milliardaire noir sud-africain est chargée de symboles

L'ascension du seul milliardaire noir sud-africain est chargée de symboles

Droits des femmes

Le combat des femmes sud-africaines contre la culture du viol dans les mines

Le combat des femmes sud-africaines contre la culture du viol dans les mines

nouvelle

AFP

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

AFP

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

AFP

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias