mis à jour le

Une vue du bindonville d'Hofra, près d'Alger / REUTERS
Une vue du bindonville d'Hofra, près d'Alger / REUTERS

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Si l'Algérie veut résoudre le problème du chômage des jeunes, il vaut mieux qu'elle oublie la rente pétrolière sur laquelle elle s'est construite.

Si l’Algérie a réussi à réduire le chômage au cours de la dernière décennie et affiche une croissance plus ou moins confortable, le chômage des jeunes reste élevé, en l’absence d’un secteur privé fort et indépendant. Le passage vers une économie post-pétrolière s’impose pour réduire également la vulnérabilité aux chocs externes.

La réélection d’Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat pose, au-delà de l’aspect politique et de celui des libertés, dans un monde arabe lassé par l’absence d’alternance au pouvoir, le risque de prolongement d’un mauvais paradigme économique. Celui-ci repose depuis des décennies sur un modèle rentier et un secteur public artificiellement «gonflé» qui ne permet pas de satisfaire le nombre croissant de jeunes arrivant sur le marché du travail et expose le pays à des risques de volatilité assez élevés.

Avec 2 millions de salariés, l’Etat est le premier employeur du pays, tandis que le secteur pétrolier représente le tiers du PIB, 98% des exportations, et plus de 70% des recettes publiques.

Cette manne pétrolière, soutenue par la flambée des cours mondiaux au cours de la dernière décennie, n’a pas été sans répercussions positives sur l’économie algérienne, certes. Le taux de croissance économique tourne aujourd’hui autour de 3% par an. Le taux de chômage a reculé de 30% en 2000 à moins de 10% l’an dernier tandis que le ratio de la dette au PIB, qui culminait à plus de 116% en 1996, n’a cessé de chuter dans les années 2000 pour atteindre 8,8% en 2008 et 9,2% en 2013, soit l’un des plus bas dans le monde. 

Ces progrès fort importants, attribués souvent à Bouteflika, arrivé au pouvoir en 1999, sont davantage le résultat de l’abondance des pétrodollars durant cette période. Mais ils cachent de nombreuses failles dans le système économique du pays.  

Tout d’abord, au niveau même de la croissance. Quoique positive, celle-ci reste modeste, par rapport à d’autres pays exportateurs de pétrole, comme le Qatar, le Koweït ou l’Arabie saoudite. Entre 2006 et 2013, la croissance algérienne n’a pas dépassé les 3,6%, reculant même à 1,6% en 2009, dans la foulée de la chute des cours mondiaux de pétrole.

Le modèle rentier se répercute également sur les finances de l'Etat.

La balance budgétaire n’a cessé d’osciller au fil des ans, au gré de l’évolution, parfois en dents de scie, des cours mondiaux de pétrole; alors que le pays bénéficiait d’un surplus budgétaire durant la période 2000-2008, ayant culminé à près de 14% du PIB en 2006, la tendance s’est brusquement inversée en 2009, accusant un déficit de 5,5% du PIB, en raison de la chute vertigineuse du prix du baril. Celui-ci était passé d’un pic de 150 dollars en 2008, avant d’enfoncer le seuil des 40 dollars, dans le sillage de la crise internationale.

Lire la suite sur Slate.fr

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Farce

Un discours d'investiture poussif et inaudible

Un discours d'investiture poussif et inaudible

Algérie

AFP

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi

chômage

Tunisie

La corruption, le fruit pourri qui révolte la jeunesse de Kasserine

La corruption, le fruit pourri qui révolte la jeunesse de Kasserine

AFP

Au Nigeria, des tomates pour lutter contre le chômage

Au Nigeria, des tomates pour lutter contre le chômage

AFP

La Guinée Equatoriale presse les entreprises chinoises d'employer les Guinéens frappés par le chômage

La Guinée Equatoriale presse les entreprises chinoises d'employer les Guinéens frappés par le chômage