mis à jour le

Egypte: un policier et un soldat tués dans trois attentats

Un policier égyptien a été tué par l'explosion d'une bombe vendredi au Caire, quelques heures après deux attentats suicide ayant tué au moins un soldat dans le Sinaï, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Les forces de l'ordre en Egypte sont la cible d'une vague d'attentats revendiqués par des groupes jihadistes disant agir en représailles à la sanglante répression qui s'est abattue sur les partisans du président islamiste Mohamed Morsi depuis qu'il a été destitué et arrêté par l'armée le 3 juillet 2013.

Dans le Sinaï, bastion de ces groupes d'insurgés, un kamikaze a fait exploser sa bombe à un poste de contrôle routier de la police et de l'armée à Al-Tour, dans le sud de la péninsule, à une centaine de kilomètres des stations balnéaires de la Mer Rouge dont l'emblématique Charm-el-Cheikh.

Un soldat a été tué et six policiers blessés, selon des responsables des forces de sécurité.

Quasiment au même moment, cinq civils, tous Egyptiens, ont été blessés par un autre attentat suicide contre un bus sur une route voisine.

Un peu plus tard au Caire, un engin explosif a touché un kiosque de la police routière, tuant un fonctionnaire et blessant un officier et trois policiers, a annoncé à l'AFP un responsable du ministère de l'Intérieur.

Ces attaques ont fait depuis juillet quelque 500 morts parmi les forces de sécurité, assure le gouvernement intérimaire mis en place et dirigé de facto par l'armée depuis la destitution de M. Morsi.

Depuis ce coup de force des militaires, soldats et policiers ont tué plus de 1.400 manifestants pro-Morsi --dont quelque 700 au Caire dans la seule journée du 14 août--, et plus de 15.000 de ses partisans ont été emprisonnés, selon des ONG.

De plus, des tribunaux ont récemment prononcé des centaines de peines de mort contre des islamistes présumés dans ce que l'ONU a dénoncé comme des "procès de masse sans précédent dans l'Histoire récente" du monde.

Parallèlement, des mouvements jihadistes ont revendiqué les nombreux attentats meurtriers visant policiers et soldats.

Le gouvernement considère pourtant les Frères musulmans de M. Morsi, qui avaient remporté toutes les élections depuis la chute du régime de Hosni Moubarak début 2011, comme responsables de ces attaques et a décrété la confrérie "organisation terroriste".

tgg-gir/fcc

 

AFP

Ses derniers articles: Des drones tactiques français en Centrafrique  Côte d'Ivoire: Amnesty demande une enquête indépendante après les violences de mai  Algérie: Bouteflika remplace contre toute attente son Premier ministre 

attentats

AFP

Huit policiers kényans tués dans deux attentats

Huit policiers kényans tués dans deux attentats

AFP

Attentats anti-coptes de l'EI en Egypte: 48 suspects bientôt jugés

Attentats anti-coptes de l'EI en Egypte: 48 suspects bientôt jugés

AFP

Le pape en Egypte auprès des coptes meurtris par des attentats

Le pape en Egypte auprès des coptes meurtris par des attentats

policier

AFP

Egypte: un policier tué près du monastère de Sainte-Catherine

Egypte: un policier tué près du monastère de Sainte-Catherine

AFP

RDC: un policier et trois civils tués dans des heurts

RDC: un policier et trois civils tués dans des heurts

AFP

Un policier tunisien tué dans une "attaque terroriste"

Un policier tunisien tué dans une "attaque terroriste"

soldat

AFP

Un soldat américain tué en Somalie, une première depuis 1993

Un soldat américain tué en Somalie, une première depuis 1993

AFP

Mali: un groupe jihadiste revendique l'attaque fatale

Mali: un groupe jihadiste revendique l'attaque fatale

AFP

Mali: un soldat français tué dans un "accrochage avec des terroristes"

Mali: un soldat français tué dans un "accrochage avec des terroristes"