mis à jour le

Le jihadiste Belmokhtar réaffirme sa fidélité au chef d'Al-Qaïda

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, dont un groupe a occupé pendant des mois le nord du Mali en 2012, a réaffirmé sa fidélité au chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, dans un communiqué mis en ligne mercredi sur des sites islamistes.

"Nous affirmons notre confiance et notre engagement en faveur de l'approche et des orientations de notre émir, cheikh Ayman al-Zawahiri (...), car nous sommes convaincus de la justesse de son approche", affirme cet ex-responsable d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui a créé son propre mouvement, "Les Signataires par le sang".

Mi-avril, Zawahiri avait démenti dans une interview audio avoir changé d'idéologie, comme l'en accuse un puissant groupe jihadiste en Syrie, l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), et a appelé à l'unité dans les rangs contre le régime syrien de Bachar al-Assad.

Une guerre fratricide entre groupes jihadistes armés engagés contre le régime en Syrie a fait des milliers de morts depuis janvier dans le nord du pays échappant à l'autorité de Damas.

Le différend avec l'EIIL a éclaté l'année dernière lorsque Zawahiri a ordonné à ce groupe de restreindre ses activités à l'Irak après l'avoir accusé de violences contre des civils et des rebelles rivaux.

Le chef d'Al-Qaïda a déclaré un autre groupe, le Front al-Nosra, comme la branche officielle d'Al-Qaïda en Syrie, désavouant clairement l'EIIL.

Selon des sources de sécurité mi-avril, Belmokhtar s'est retiré en Libye, d'où il entend désormais contrôler tout le Sahel. Il avait été donné pour mort, "tué" par l'armée tchadienne au Mali le 2 mars 2013, une information ensuite démentie par Al-Qaïda.

Ancien combattant en Afghanistan contre les troupes soviétiques, Belmokhtar a intégré les rangs des islamistes algériens avant de devenir un chef d'Aqmi. En 2012, il a provoqué une scission au sein d'Aqmi et créé "Les Signataires par le sang", groupe avec lequel il a mené la prise d'otages sanglante d'In Amenas en janvier 2013 en Algérie, dans laquelle 38 otages et 29 assaillants ont été tués.

Belmokhtar est recherché par plusieurs pays et sa tête a été mise à prix pour cinq millions de dollars par les Etats-Unis en juin 2013.

 

AFP

Ses derniers articles: CAN: "pas de grandes chances" de qualification, reconnaît le sélectionneur de l'Algérie  CAN: la Tunisie en son bunker, Khazri attend son heure  Tunisie: le syndicat UGTT en congrès pour renouveler sa direction 

chef

AFP

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

AFP

Côte d'Ivoire: "l'image de Gbagbo, un handicap", selon le chef du parti d'opposition

Côte d'Ivoire: "l'image de Gbagbo, un handicap", selon le chef du parti d'opposition

AFP

Mali: le procès du chef de l'ex-junte  Sanogo renvoyé

Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé

fidélité

Séduction

Petites astuces pour draguer à Alger

Petites astuces pour draguer à Alger