mis à jour le

Egypte: le chef des Frères musulmans fustige sa condamnation

Le Guide suprême des Frères musulmans égyptiens a qualifié mercredi d'"insulte à la justice" sa condamnation à mort avec près de 700 co-accusés dans un procès de masse, et à nouveau qualifié de "coup d'Etat" la destitution du président islamiste Mohamed Morsi.

Lundi, un tribunal de Minya (centre) a prononcé ces peines capitales contre Mohamed Badie et 682 personnes un mois après un premier jugement similaire pour plus de 500 autres pro-Morsi qui a provoqué un tollé dans la communauté internationale, l'ONU fustigeant un "procès de masse sans précédent dans l'Histoire récente" du monde.

Les accusés étaient jugés pour leur participation à divers degrés à une manifestation qui s'était soldée par la mort d'au moins un policier à Minya le 14 août, le jour même où policiers et soldats tuaient plus de 700 manifestants pro-Morsi en une seule journée au Caire, début d'une répression sanglante visant les partisans du seul président jamais élu démocratiquement en Egypte mais destitué et arrêté par l'armée le 3 juillet.

"Je n'ai même pas assisté à ce procès et j'ai quand même été, avec un millier d'autres, condamné à mort", s'est exclamé M. Badie à la barre d'un tribunal du Caire qui le juge, au côté de M. Morsi et des dizaines d'autres cadres des Frères musulmans, pour une évasion de prison en 2011. Comme dans divers autres procès intentés contre eux, MM. Morsi et Badie encourent la peine de mort.

Dénonçant une "insulte à la justice égyptienne", M. Badie, derrière une cage doublée d'une paroi en verre dans un tribunal installé au coeur de l'académie de police du Caire, a une nouvelle fois dénoncé "une procédure judiciaire d'exception" menée par les auteurs de ce qu'il considère comme un "coup d'Etat" contre M. Morsi. 

Outre ces condamnations à mort massives au terme d'une seule journée d'audience, plus de 1.400 manifestants pro-Morsi ont été tués depuis le 3 juillet et plus de 15.000 de ses partisans arrêtés, selon des organisations de défense des droits de l'Homme.

Des mouvements jihadistes ont, depuis, revendiqué de nombreux attentats meurtriers visant policiers et soldats en représailles, selon eux, à la répression dont sont victimes les pro-Morsi. Le gouvernement installé et dirigé de facto par les militaires depuis le 3 juillet en accuse, lui, les Frères musulmans, décrétée "organisation terroriste".

AFP

Ses derniers articles: Le Botswana interdit les exportations d'ânes, très prisés en Chine  Maroc: le Premier ministre "attristé" par les violences  Le "Zoulou blanc" Johnny Clegg fait ses adieux au public 

chef

AFP

Tanzanie: le rédacteur en chef d’un journal suspendu se dit menacé

Tanzanie: le rédacteur en chef d’un journal suspendu se dit menacé

AFP

Afrique du Sud: l'"esprit" d'un chef rebelle indigène rapatrié 200 ans après sa mort

Afrique du Sud: l'"esprit" d'un chef rebelle indigène rapatrié 200 ans après sa mort

AFP

Zambie: le chef de l'opposition sera jugé pour trahison

Zambie: le chef de l'opposition sera jugé pour trahison

condamnation

AFP

CPI: le Congolais Bemba fait appel de sa condamnation pour crimes de guerre

CPI: le Congolais Bemba fait appel de sa condamnation pour crimes de guerre

AFP

La RDC "rejette" les appels de l'Occident après la condamnation de six militants

La RDC "rejette" les appels de l'Occident après la condamnation de six militants

AFP

Libération sous caution de Pistorius après sa condamnation pour meurtre

Libération sous caution de Pistorius après sa condamnation pour meurtre

mort

AFP

Tunisie: mort d'un policier grièvement brûlé dans des affrontements

Tunisie: mort d'un policier grièvement brûlé dans des affrontements

AFP

Botswana: mort de l'ancien président Ketumile Masire

Botswana: mort de l'ancien président Ketumile Masire

AFP

L'Elysée annonce "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali

L'Elysée annonce "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali