SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Les villas bradées des Ben Ali

Une villa avec plage privée pour seulement 4.000 euros? Impossible —sauf quand on s'appelle Ben Ali.

A l’occasion de la Conférence internationale sur les mécanismes de lutte contre la corruption et la malversation (CNICM), Ahmed Souab, membre de la commission nationale d’expropriation des biens mal acquis, a donné des exemples de biens fonciers acquis illégalement par le clan Ben Ali.

Selon ce dernier, preuves à l’appui, l’épouse de l’ex-président tunisien Leïla Trabelsi aurait bénéficié d’un terrain à la Marina de Hammamet pour seulement 30 millimes le mètre carré (15 centimes d’euros), rapporte Tixup.

Autre exemple: dans la commune de Sidi Bousaïd, joyau de l’architecture arabe et andalouse, le prix du mètre carré peut atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros. Mais dans cette ville très prisée, surnommée le «petit paradis blanc et bleu», Zine el-Abidine Ben Ali aurait acheté sa propriété face à la mer (avec plage privée) de 1.700 mètres carrés pour… un peu plus de 4.200 euros (5 dinars le m2).

Mais ces propriétés n’ont pas toujours fait l’objet d’un usage personnel. Slah Ben Ali aura par exemple acheté pas moins de 43 biens immobiliers dans des zones touristiques convoitées telles que Hammamet, Sousse ou Mahdia.

Par ailleurs, selon Kadhem Zine el Abidine, le porte-parole du ministère de la Justice, le père du gendre de Ben Ali Moncef El Materi serait accusé d’avoir acheté à bas prix (50 dinars le mètre carré, soit 25 euros) puis revendu beaucoup plus cher un lot de terrains de 47 hectares aux Berges du Lac, le nouveau quartier de Tunis construit au début des années 90.

Mais ce business familial ne s’arrêtait pas au noyau dur du clan présidentiel. Le neveu de Ben Ali, Mahdi Mlika aurait lui aussi bénéficié d’un appartement de 1.600 mètres carrés à Sidi Bousaïd pour 500 millimes. Ces tarifs avantageux lui ont été gracieusement «offerts» par l’Agence foncière touristique (AFT).

A ce jour, aucun responsable de l'agence n’est passé devant la justice. Et alors même que les affaires continuent, leur rubrique «données politiques» n’a toujours pas été mise à jour et affiche toujours un message à la gloire de l’ex-président et sa réforme constitutionnelle de… 2001.

Lu sur Tixup, Kapitalis