mis à jour le

Les présidents angolais et français, à l'Elysée, 29 avril 2014 / REUTERS
Les présidents angolais et français, à l'Elysée, 29 avril 2014 / REUTERS

Dos Santos n'est pas devenu par miracle un chantre de démocratie

La première visite en France du président angolais depuis l'Angolagate suscite une bronca des ONG des droits de l'homme.

Le président angolais, José Eduardo Dos Santos, termine ce mercredi, sa visite officielle de deux jours en France. Il s’agit de sa première visite depuis, l’Angolagate, l’affaire des ventes d’armes russes à l’Angola. Cette affaire avait éclaté en France à la fin de l’année 2000, avec des poursuites judiciaires contre l’homme d’affaires franco-brésilien Pierre Falcone et plusieurs personnalités politiques françaises, suspectées d’avoir été les bénéficiaires de commissions occultes. L’Angolagate avait fini par crisper les relations entre la France et l’Angola.

Luanda avait multiplié les menaces voilées concernant, notamment, la poursuite du partenariat en matière de pétrole. Aujourd’hui, les deux pays semblent vouloir «passer à une nouvelle étape».

L’Angola est en pleine émergence et dispose d’énormes  ressources comme le pétrole et divers minerais. Il est même devenu une véritable puissance économique dans la région et semble s’imposer aux Occidentaux.

Pourtant, la visite du président angolais en France mobilise les ONG. L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) demande aux autorités françaises d’aborder avec les autorités angolaises la situation critique des droits de l’Homme dans ce pays. Il est question, entre autres, des violences sexuelles à l’encontre des Congolaises expulsées du nord [du pays] depuis décembre 2003.

Par exemple, la question peut se poser de savoir si Dos Santos vaut mieux que le Zimbabwéen Robert Mugabe, sévèrement critiqué sur les droits de l’homme et sa gestion économique. Au pouvoir depuis 1979, José Eduardo Dos Santos est en effet devenu l’un des plus grands dictateurs du continent.

Lire l’intégralité de cet article dans LePays.bf

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

Angola

AFP

Hollande en Angola pour sceller la réconciliation et renforcer les liens économiques

Hollande en Angola pour sceller la réconciliation et renforcer les liens économiques

AFP

Mozambique et Angola fêtent 40 ans d'indépendance, tête haute face au Portugal

Mozambique et Angola fêtent 40 ans d'indépendance, tête haute face au Portugal

AFP

Mozambique et Angola fêtent 40 ans d'indépendance, tête haute face au Portugal

Mozambique et Angola fêtent 40 ans d'indépendance, tête haute face au Portugal

démocratie

Politique

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

AFP

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?

AFP

Ali Bongo: "la démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement"

Ali Bongo: "la démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement"

pétrole

Politique

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

Money money money

Pourquoi la croissance est au plus bas depuis 20 ans en Afrique subsaharienne

Pourquoi la croissance est au plus bas depuis 20 ans en Afrique subsaharienne

AFP

La Libye va reprendre ses exportations de pétrole

La Libye va reprendre ses exportations de pétrole