mis à jour le

L'Ethiopie qualifie de "criminels" neuf journalistes et blogueurs arrêtés

Les autorités éthiopiennes ont démenti mardi que neuf blogueurs et journalistes récemment arrêtés aient été visés pour leurs activités dans les médias, assurant qu'ils étaient accusés "d'activités criminelles graves".

Le blog Zone9, inaccessible en Ethiopie, affirme sur son site que six de ses contributeurs et trois journalistes indépendants ont été arrêtés les 25 et 26 avril et inculpés pour avoir "travaillé avec des militants des droits de l'Homme étrangers (...) et avoir incité à la violence via les médias sociaux pour déstabiliser le pays".

Le Comité de protection des Journalistes (CPJ) a dénoncé "une des pires opérations de répression de la liberté d'expression" en Ethiopie et Amnesty International a estimé qu'elle s'inscrivait dans "une tendance déjà ancienne d'arrestations et de harcèlement de militants et défenseurs des droits de l'Homme, de journalistes et d'opposants".

"Ils sont suspectés de crimes graves et la police enquête", a réagi mardi le porte-parole du gouvernement éthiopien, Getachew Reda, interrogé par l'AFP, sans donner de détails sur les chefs d'accusation pesant sur eux.

"Nous ne prenons pas d'ordre de Human Rights Watch" (HRW), a ajouté M. Getachew, alors que l'ONG de défense des droits de l'Homme a appelé à la libération des personnes arrêtées.

Leslie Lefkow, directrice-adjointe pour l'Afrique de HRW, a estimé que ces arrestations "montraient une fois encore que quiconque critique le gouvernement éthiopien serait réduit au silence".

Lundi, une porte-parole du département d'Etat américain, Jen Psaki, a indiqué que Washington était informé de ces arrestations et avait "réitéré (son) inquiétude de longue date sur la restriction des libertés de la presse et d'expression en Ethiopie".

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry doit se rendre en Ethiopie dans le cadre d'une tournée en Afrique cette semaine et devrait, selon Mme Psaki, aborder le sujet avec le gouvernement éthiopien à Addis Abeba.

"Le moment choisi pour ces arrestations - quelques jours avant la visite du secrétaire d'Etat américain - est éloquent en ce qui concerne le mépris de l'Ethiopie pour la liberté d'expression", a estimé Leslie Lefkow.

HRW a appelé M. Kerry à réclamer aux autorités éthiopiennes la libération de "tous les militants et journalistes arbitrairement arrêtés ou condamnés au cours de procès inéquitables".

Plusieurs journalistes, militants et opposants ont été condamnés ces dernières années en Ethiopie, sur la base d'une loi antiterroriste controversée, dont le caractère vague permet, selon ses détracteurs, d'étouffer la liberté d'expression et de museler les opposants.

Environ 200 membres du parti Semayawi ("bleu" en amharique), une des rares formations d'opposition en Ethiopie, ont par ailleurs été autorisé à manifester dimanche, sous haute surveillance policière, après l'arrestation d'une vingtaine de ses militants, pour réclamer "plus de libertés et une vraie démocratie".

AFP

Ses derniers articles: Le nouveau président ghanéen Nana Akufo-Addo, un avocat libéral et persévérant  Gambie: l'UA condamne le revirement du président Jammeh  Côte d'Ivoire: Ouattara veut une "forte majorité" aux législatives 

blogueurs

Liberté d'exression

Ne vous amusez jamais à critiquer Bouteflika

Ne vous amusez jamais à critiquer Bouteflika

[email protected] (Author Name)

Liberté d'expression : Sale temps pour les blogueurs en Tunisie

Liberté d'expression : Sale temps pour les blogueurs en Tunisie

Présidentielle

Les cyber-citoyens sénégalais montent au front

Les cyber-citoyens sénégalais montent au front

journalistes

AFP

Gabon: accès refusé pour des journalistes français souhaitant couvrir la crise

Gabon: accès refusé pour des journalistes français souhaitant couvrir la crise

AFP

Tunisie: des ONG critiquent Tunis au sujet de journalistes disparus en Libye

Tunisie: des ONG critiquent Tunis au sujet de journalistes disparus en Libye

AFP

Les journalistes sud-soudanais dans la tourmente des violences

Les journalistes sud-soudanais dans la tourmente des violences