mis à jour le

Des panneaux photovoltaïques en Algérie by Magharebia  via Flickr CC
Des panneaux photovoltaïques en Algérie by Magharebia via Flickr CC

Le soleil africain au secours de l'Europe

Avec la fin annoncée du nucléaire en Europe, l'Afrique du Nord rayonne. Le projet européen Desertec, ce groupe de centrales solaires et éoliennes installées dans les déserts, lance la course africaine à l'énergie renouvelable.

Mise à jour du 18 novembre 2011: La Banque mondiale a annoncé le 17 novembre avoir approuvé un total de 297 millions de dollars de prêts au Maroc pour aider à financer la construction d'un complexe de production d'électricité solaire à Ouarzazate, dans le Sud du pays.

***

 

La dramatique catastrophe de Fukushima au Japon aura au moins fait des «heureux». Le Maroc et l'Algérie sont en première ligne du projet Desertec, une entreprise européenne, dont l'Allemagne est le principal porteur et fondateur.

L'Allemagne, justement, qui vient d'annoncer l'arrêt définitif du nucléaire à l'horizon 2020, suivie par l'Autriche, la Suisse et le Danemark, la France, mis à part le fournisseur français Saint-Gobain qui rejoint l'initiative, qui rechigne encore à se débarrasser de l'atome, cette énergie ultramoderne devenue du coup archaïque.

Quel est le futur? Des centrales solaires alignées dans le Sahara, groupées à des éoliennes sur la façade atlantique marocaine, pour fournir de l'énergie à toute l'Europe. L'idée allemande tient en un calcul très simple:  

«le désert reçoit en six heures l'équivalent énergétique de la consommation mondiale d'une année entière», selon les propos de la fondation Desertec.  

L'atome peut aller se rhabiller, même si pour l'instant, les jeux ne sont pas encore faits, la production ne devant démarrer que vers l'année 2015, ou 2016, dans le meilleur des cas.

Les premières centrales solaires seront marocaines et algériennes mais d'autres stations seront implantées en Tunisie, au Mali, au Tchad, en Libye, au Soudan et en Egypte (voir la carte d'implantation).

Si la fondation Desertec est à but non lucratif, le projet est piloté par un consortium qui réunit sous le label Dii (Desertec industrial initiative) des industriels comme Siemens et des banques comme la Deutsche Bank, soutenu par le parti des Verts allemands et Greenpeace, et appuyé par l'Union européenne (UE). Coût total: près de 400 milliards d'euros étalés sur 40 ans.

Si l'énergie solaire n'est pas quelque chose de nouveau, l'idée d'une exploitation à grande échelle l'est, et la méthode de Desertec, l'interconnection des projets locaux, est loin d'être une idée bureaucratique qui aurait germé à Bruxelles. En 2012, les premiers éléments doivent être prêts, notamment au plan juridique mais aussi sur l'emplacement des installations, leur financement et la juste répartition entre le solaire et l'éolien. Avec la mise en cause du nucléaire en Europe, le solaire saharien devrait aller plus vite. Signe des temps futurs, une première rencontre bilan devrait avoir lieu en novembre au Caire en Egypte, sous le nouveau soleil de la Révolution.

Algérie et Maroc, dans la course énergétique

Le destin et les recherches de source d'énergie l'auront ainsi voulu. Le Maroc et l'Algérie, frères ennemis historiques, sont une fois de plus liés par un projet: créer de l'énergie pour eux et pour les autres. Mais il ne s'agit pas que d'énergie: 

«Desertec, selon ses initiateurs, représente aussi le développement de nouvelles industries en Afrique du Nord, la création d'emplois et d'opportunités économiques et un transfert de technologies et de connaissances.»

Pour les deux pays voisins, dont la frontière est toujours fermée, il s'agit de créer dans leurs déserts, qui souffrent d'une profonde disparité avec les zones côtières, de l'énergie pas forcément solaire mais qui peut pousser au développement local. Dans cette compétition sous le soleil, c'est le Maroc qui a raflé le premier projet pilote: une centrale solaire de 500 mégawatts à Tamezghitene (situé à 10 kilomètres du nord de Ouarzazate) dont la majeure partie sera exportée vers l'Europe, pour un investissement de deux milliards d'euros. Tout comme c'est au Maroc, en avance sur ce coup, que s'est tenue la première réunion du groupe Dii, le 12 mai 2011. Une semaine plus tard, le 19 mai, le ministre de l’Energie et des Mines algérien, Youcef Yousfi, recevait le président de Desertec Industrial Initiative, Paul Van Son.

Hésitante depuis des mois sur son adhésion au projet, l'Algérie signe, habilement poussée par son président, Abdelaziz Bouteflika, qui avait déjà rencontré en novembre 2010 Angela Merkel, la chancelière allemande, et parlé de cette idée lumineuse. D'autant qu'un projet local de fabrication de panneaux photovoltaïques près d'Alger, pourra être intégré à l'ensemble. La compétition est ouverte, ce qui forcément, sera au bénéfice de tous, malgré l'inimitié historique entre l'Algérie et le Maroc.

Reste la polémique, ce projet est-il trop grandiose pour ne pas résister à l'échec? Est-ce simplement une nouvelle entreprise coloniale comme l'affirment ses détracteurs? A In Salah, où il fait actuellement dans les 50 degrés, un habitant du Sahara algérien l'a ainsi résumé:

«Ici, il n'y a rien, tout est bon à prendre. Et s'il y a quelqu'un pour nous prendre du soleil, nous sommes d'accord, on en a vraiment trop.»

Chawki Amari

A lire aussi

Le dérèglement climatique profite à l'Afrique

Les frontières s'ouvrent, la polémique aussi

L'Afrique parie sur l'énergie verte

L'Afrique, pauvre de ses richesses

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Allemagne

AFP

Deux chefs hutu rwandais condamnés

Deux chefs hutu rwandais condamnés

Au temps des colonies

L'Allemagne aussi a un passé colonial (trop souvent oublié)

L'Allemagne aussi a un passé colonial (trop souvent oublié)

Slate.fr

Ce génocide que l'Allemagne refuse toujours de reconnaître en Namibie

Ce génocide que l'Allemagne refuse toujours de reconnaître en Namibie

Angela Merkel

Vu d'Afrique

Le baptême du feu (et de l'eau) pour François Hollande

Le baptême du feu (et de l'eau) pour François Hollande

Vu d'Algérie

AAA: chronique d'une catastrophe annoncée

AAA: chronique d'une catastrophe annoncée

Tribune

Sarkozy est plus africain qu'Obama

Sarkozy est plus africain qu'Obama