mis à jour le

Abdoulaye Wade attendu au Sénégal dans une atmosphère fébrile

L'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade qui avait quitté son pays après sa défaite de 2012, est attendu vendredi à Dakar où il revient soutenir son fils en prison et en instance de jugement, un retour dans une atmosphère fébrile qui a dû être reporté de 48 heures. 

C'est la deuxième fois cette semaine que l'arrivée d'Abdoulaye Wade est annoncée par son parti, le Parti démocratique sénégalais (PDS) après un premier retour avorté mercredi, sur fond de controverse avec le gouvernement.

Il est prévu vendredi après-midi de "l'accueillir et de former un cortège" de l'aéroport au siège du PDS à Dakar, où Wade "fera une déclaration" aux militants, a affirmé à l'AFP Mayoro Faye, un responsable du parti.

Abdoulaye Wade, 87 ans, qui a dirigé le Sénégal pendant douze ans de 2000 à 2012, était parti en France après sa lourde défaite face à Macky Sall, un de ses anciens Premier ministres, le 25 mars 2012  au second tour de l'élection présidentielle.

"J'ai compris depuis longtemps que Macky Sall ne veut pas que j'arrive de jour", a affirmé jeudi l'ex-chef de l'Etat en dénonçant "des manoeuvres", depuis Casablanca au Maroc où il se trouve depuis mercredi.

M. Wade a accusé les autorités sénégalaises d'avoir refusé de lui donner l'autorisation de survol et d'atterrissage nécessaire à son arrivée.

A la suite de ce "blocage", le PDS, dont il est toujours le secrétaire général, avait annoncé qu'il rentrerait jeudi, puis finalement vendredi.

Ses accusations ont été démenties par le porte-parole du gouvernement sénégalais, Abdou Latif Coulibaly, qui a évoqué des modifications de dernière minute sur la liste des passagers, imposant une nouvelle requête auprès des autorités aéronautiques sénégalaise. 

Il a accusé l'ex-chef de l'Etat d'avoir cherché à provoquer "un effet politique" en vue de se faire passer pour une victime et de "discréditer" le gouvernement.

 

- Le jour "de tous les dangers" -

 

Depuis mercredi, le retour annoncé et retardé de Wade, crée la polémique et a installé une atmosphère fébrile à Dakar.

"Un vendredi lourd de menaces", titrait le quotidien Le Populaire alors que le journal Walfadjri évoquait le jour "de tous les dangers".

Les forces de sécurité sont sur le pied de guerre, et des policiers anti-émeute sont postés en différents lieux et grands axes de Dakar.

Le gouvernement avait interdit mercredi un meeting prévu à l'arrivée d'Abdoulaye Wade qui avait tenu à affirmer qu'il ne rentrait pas pour "déstabiliser" le régime, tout en demandant à ses partisans de venir au meeting interdit.

L'ex-président est attendu alors que son fils et ancien ministre Karim Wade, en détention prévention depuis un an, doit être jugé en juin pour enrichissement illicite présumé, dans le cadre de la traque des biens mal acquis déclenchée par le président Sall après son élection.

La justice sénégalaise reproche à Karim Wade, 45 ans, qui a eu des pouvoirs étendus sous le régime de son père, d'avoir un patrimoine "illicite" d'abord estimé à 1,2 milliard d'euros, puis ramené à 178 millions d'euros, accusations qu'il nie en bloc.

Le PDS, auquel appartient également Karim, a dénoncé une "chasse aux sorcières" qui touche aussi d'autres responsables du parti.

Dans un entretien au quotidien français Le Monde lundi, Abdoulaye Wade a accusé Macky Sall, un de ses anciens Premier ministres, d'avoir "utilisé l'idée de la traque des biens mal acquis pour combattre Karim, le faire condamner, le priver de ses droits civiques pour qu'il ne se présente pas" à la présidentielle de 2017.

Avant des élections locales prévues en juin, Abdoulaye Wade a dit aussi rentrer à Dakar pour reprendre en mains son parti affaibli et divisé depuis son départ.

AFP

Ses derniers articles: Kenya: 5 millions d'électeurs supplémentaires pour le scrutin d'août  Explosion d'un engin piégé au Kenya: 8 morts  Le corps démembré d'un Français retrouvé au Maroc 

Sénégal

AFP

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

AFP

Pétrole: Total obtient une concession au large du Sénégal

Pétrole: Total obtient une concession au large du Sénégal

AFP

La tontine, ou le micro-crédit au féminin, fait recette au Sénégal

La tontine, ou le micro-crédit au féminin, fait recette au Sénégal

Wade

AFP

Sénégal: l'ex-président Wade candidat aux législatives

Sénégal: l'ex-président Wade candidat aux législatives

AFP

Gracié et libéré, Karim Wade quitte le Sénégal, plongé dans la controverse

Gracié et libéré, Karim Wade quitte le Sénégal, plongé dans la controverse

AFP

Sénégal: la Cour suprême confirme la condamnation de Karim Wade

Sénégal: la Cour suprême confirme la condamnation de Karim Wade