mis à jour le

Violences au Soudan du Sud: le Soudan demande une enquête

Le Soudan a demandé jeudi qu'une enquête soit menée sur l'"assassinat" de ses ressortissants à Bentiu, une cité pétrolière du nord du Soudan du Sud, où l'ONU a accusé les rebelles d'avoir tué des centaines de civils.

"Le ministère des Affaires étrangères condamne l'assassinat de citoyens soudanais à Bentiu et demande qu'une enquête soit menée d'urgence", a indiqué l'agence officielle SUNA. 

La Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss) a affirmé lundi qu'aussi bien des Soudanais - certains de la région du Darfour - que des Sud-Soudanais ont été tués "dans des assassinats ciblés" après la prise de Bentiu, la capitale de l'Etat de l'Unité riche en pétrole, par des rebelles.

Les combats qui opposent depuis la mi-décembre les troupes loyales au président sud-soudanais Salva Kiir à celles fidèles à son ancien vice-président Riek Machar, se sont accompagnés d'exactions et de massacres de civils, sur des critères ethniques, imputables aux deux camps.

A la lutte de pouvoir entre MM. Kiir et Machar se greffent de vieux antagonismes entre peuples Dinka et Nuer, dont sont respectivement issus les deux hommes.

A Bentiu, des forces rebelles - essentiellement Nuer - qui venaient de s'emparer de la ville le 15 avril, ont séparé selon leur ethnie des civils réfugiés dans des édifices religieux et à l'hôpital et ont massacré des non-Nuer, dont plus de 200 dans une mosquée.

Le Soudan du Sud est devenu indépendant du Soudan il y a moins de trois ans. 

La tueries de Bentiu semblent être l'un des plus amples massacres rapportés depuis le début du conflit, qui a chassé plus d'un million de Sud-Soudanais de chez eux.

Gouvernement et rebelles doivent reprendre d'ici fin avril à Addis Abeba des négociations destinées à trouver une solution politique durable au conflit, qui n'ont connu jusqu'ici aucune avancée.

Un cessez-le-feu signé le 23 janvier dans la capitale éthiopienne n'a jamais été appliqué et l'armée sud-soudanaise a affirmé mardi que d'intenses combats se poursuivaient dans les Etats pétroliers d'Unité et du Haut-Nil (nord-est), ainsi que dans le vaste Etat du Jonglei (est).

M. Kiir s'est rendu début avril à Khartoum pour s'entretenir avec le président Omar el-Béchir. 

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: nouvelles violences  RDCongo: l'opposition dévoile son plan pour "le départ de Kabila"  Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030 

enquête

AFP

Sénégal: enquête après les incidents meurtriers dans un stade de foot

Sénégal: enquête après les incidents meurtriers dans un stade de foot

AFP

Maroc: la justice ordonne une enquête après une vidéo controversée de Zefzafi

Maroc: la justice ordonne une enquête après une vidéo controversée de Zefzafi

AFP

Violences post-électorales au Gabon en 2016: enquête en France sur d'éventuels crimes contre l'humanité

Violences post-électorales au Gabon en 2016: enquête en France sur d'éventuels crimes contre l'humanité

Soudan

AFP

Soudan du Sud: les Etats-Unis proposent une "dernière chance" de sauver l'accord de paix

Soudan du Sud: les Etats-Unis proposent une "dernière chance" de sauver l'accord de paix

AFP

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

AFP

Soudan du Sud: des juges grévistes limogés par le président Kiir

Soudan du Sud: des juges grévistes limogés par le président Kiir

violences

AFP

Centrafrique: nouvelles violences

Centrafrique: nouvelles violences

AFP

Sénégal: les manifestations sportives suspendues après des violences mortelles dans un stade

Sénégal: les manifestations sportives suspendues après des violences mortelles dans un stade

AFP

Elections kényanes: l'UE met en garde contre de possibles violences

Elections kényanes: l'UE met en garde contre de possibles violences