mis à jour le

 Alger, 2012 / REUTERS
Alger, 2012 / REUTERS

La grosse farce du logement en Algérie

C'est peut-être l'une des questions qui cristallisent le plus les colères et le désespoir des Algériens.

Trajet en voiture à travers des champs verdoyants, au sud-est d’Oran. Devant moi, deux jeunes en mobylette tracent sur la petite route de campagne. Passage devant un beau cimetière: des tombes aux pierres blanches nichées sous des milliers de fleurs sauvages. Puis une pancarte décrépite:

«La commune de Sidi-Chahmi vous souhaite la bienvenue», et c’est l’arrivée à Hassi Labiod.

C’est à peine un bourg. Deux, trois rues, aux chaussées défoncées. Des maisonnettes en briques et ciment nu, inachevées. Ici, tout respire la poussière, la misère et le désespoir. A tel point que deux jeunes s’y sont immolés fin mars pour protester contre un avis d’expulsion de leur famille.

Fathi Manaa, 22 ans, vivait avec huit autres membres de sa famille dans leur maison à moitié en ruine. La famille dit l’occuper depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962. Un particulier a fait valoir des droits de propriété. Lorsque les pouvoirs publics sont arrivés pour vider les lieux, le jeune homme s’est aspergé d’essence et pris feu sous les yeux des forces de l’ordre, des voisins et de sa famille.

«J'ai tenté de le sauver, d'éteindre les flammes avec une couverture. Trop tard, raconte Aissa Manaa, 29 ans, le frère du défunt. Maintenant, j’ai l’impression que c’est un chat qui est mort. Personne ne donne suite à cette histoire, personne ne pense à lui.»

Des drames comme celui de Hassi Labiod sont monnaie courante en Algérie. Depuis trois ans, le nombre des suicides et tentatives de suicide par immolation a augmenté. Un phénomène qui imite le geste commis en décembre 2010 par le jeune vendeur ambulant Mohamed Bouazizi, à l’origine du printemps arabe en Tunisie.

En Algérie, ces actes, commis dans la quasi-indifférence, expriment non pas une revendication politique mais un immense désespoir, dont la crise du logement semble être la principale cause.

La grande majorité des jeunes vit encore chez ses parents, sans espoir viable d’un déménagement. «Moi, j’ai 35 ans et j’habite toujours chez mon père», déplore Fayçal, agriculteur dans la région de Bouira et toujours célibataire.

Comme lui, beaucoup de jeunes Algériens affirment ne pas pouvoir fonder une famille, faute de salaires et de logements décents. D’autres continuent de vivre avec leurs parents même après s’être marié et avoir eu des enfants.

«Le logement est une revendication majeure pour les gens. Certains possèdent des châteaux, d’autres n’ont rien», souligne Kaddour Chouicha, responsable du bureau de la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADDH) à Oran, notant l’inégalité dans la distribution des logements, entachée de corruption et de clientélisme. «Les gens font des demandes, ils n’ont pas de nouvelles pendant des mois voire des années, puis quand vient l’affichage des listes de bénéficiaires, il y a des émeutes.»

Conscient de cette bombe à retardement, le gouvernement algérien a accéléré la réalisation de logements, avec la mise en place de trois grands plans quinquennaux depuis 2000. Un programme colossal de construction a été lancé, avec la promesse de construire plus de deux millions de logements (sociaux, en location-vente ou habitat rural) dans le cadre du plan 2010-2014.

Lire la suite sur Slate.fr

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Alger

AFP

Le président vénézuélien Maduro en visite

Le président vénézuélien Maduro en visite

AFP

Paris et Alger veulent renforcer leurs liens

Paris et Alger veulent renforcer leurs liens

AFP

Alger veut réveiller les électeurs avant les législatives de mai

Alger veut réveiller les électeurs avant les législatives de mai

chômage

Travail

Le chômage des jeunes est un problème partout en Afrique, sauf dans un pays

Le chômage des jeunes est un problème partout en Afrique, sauf dans un pays

Tunisie

La corruption, le fruit pourri qui révolte la jeunesse de Kasserine

La corruption, le fruit pourri qui révolte la jeunesse de Kasserine

AFP

Au Nigeria, des tomates pour lutter contre le chômage

Au Nigeria, des tomates pour lutter contre le chômage