mis à jour le

Un champ de blé en Sibérie / REUTERS
Un champ de blé en Sibérie / REUTERS

Les Égyptiens de l'Antiquité étaient (presque) végétariens

Voici ce qui composait l'essentiel d'un repas: orge, blé et peu de viande.

Que mangeaient les Egyptiens de l'Antiquité? Une équipe de chercheurs lyonnais s’est penchée sur la question, pour savoir si leur régime alimentaire a été impacté par le changement climatique, passant d’un milieu chaud à un milieu de plus en plus aride. Leurs résultats sont publiés dans le numéro de juin 2014 du Journal of Archaeological Science.

L’étude des restes archéologiques (pollens, graines...), permet de savoir quelles étaient les espèces végétales consommées. Mais pour connaître la proportion d’une composante ou d’une autre dans l’alimentation, il a fallu étudier le «rapport isotopique de carbone». Qu'est-ce donc que cela? Alexandra Touzeau, doctorante au Laboratoire de géologie de Lyon et co-signataire de l’étude, explique le principe:

«Le carbone est un atome, avec des protons, des neutrons et des électrons. Il y a toujours 6 protons, mais le nombre de neutrons varie de 6 à 8. On obtient alors différents “isotopes” du carbone: le carbone 12 est composé de 6 protons et 6 neutrons, le carbone 13 de 6 protons et 7 neutrons, le carbone 14 de 6 protons et 8 neutrons... Les isotopes possédant plus de neutrons sont plus lourds: le carbone 12 est l’isotope le plus léger. Le rapport isotopique est le rapport de concentration entre  différents isotopes du carbone.»

Et le rapport isotopique est variable dans l’environnement:

«Le rapport est différent selon qu’on considère le carbone atmosphérique, le carbone des êtres vivants, ou le carbone de différentes roches. Tous les végétaux prélèvent du dioxyde de carbone pour leur photosynthèse. Ils utilisent ce carbone pour fabriquer des sucres et des protéines. Lors de l’assimilation du carbone atmosphérique, le rapport isotopique est modifié. On distingue deux grandes catégories de végétaux selon leur méthode d’assimilation du carbone: à partir du même dioxyde de carbone, ils obtiennent des rapports isotopiques dans leurs tissus (feuilles, tige...) très différents et caractéristiques de chaque catégorie de végétaux.»

Lire la suite sur Slate.fr

Slate.fr

Ses derniers articles: Comment Aqmi est revenu sur le devant de la scène en sous-traitant ses attaques  Pour Daech, le vrai combat se déroule en Libye  Comment le djihadisme est devenu «global» 

blé

AFP

Le livre de Blé Goudé, détenu

Le livre de Blé Goudé, détenu

AFP

Attentat en Côte d'Ivoire: un jihadiste aurait averti le détenu Blé Goudé

Attentat en Côte d'Ivoire: un jihadiste aurait averti le détenu Blé Goudé

AFP

Devant la CPI, l'Ivoirien Blé Goudé s'affirme comme "un homme de paix"


 un "pacifiste dans l'âme", affirme sa défense

Devant la CPI, l'Ivoirien Blé Goudé s'affirme comme "un homme de paix" un "pacifiste dans l'âme", affirme sa défense

Egypte

AFP

Trump loue le "travail fantastique" du président Sissi en Egypte

Trump loue le "travail fantastique" du président Sissi en Egypte

AFP

Un haut responsable palestinien interdit d'entrée en Egypte

Un haut responsable palestinien interdit d'entrée en Egypte

AFP

Messi en Egypte mardi pour une campagne contre l'hépatite C

Messi en Egypte mardi pour une campagne contre l'hépatite C

Egypte antique

Insolite

La malédiction du pharaon: une statue qui bouge toute seule

La malédiction du pharaon: une statue qui bouge toute seule