mis à jour le

Niger: le chemin de fer Niamey-Cotonou, pour sortir du désenclavement

Le Niger, enclavé au c½ur du Sahel, veut s'offrir, d'ici deux ans, un accès à la mer via un chemin de fer reliant Niamey au port de Cotonou, où transite par la route l'essentiel de son fret.

Les travaux, d'un coût de 700 milliards de francs CFA (1,07 milliard d'euros), intégralement financés par le groupe français Bolloré, ont été lancés officiellement lundi dernier à Niamey.

Le présidents du Niger et du Bénin, Mahamadou Issoufou et Boni Yayi, accompagnés de leur homologue togolais Faure Gnassingbé, ont roulé sur un demi kilomètre de rails posés pour l'occasion dans le prototype d'un wagon passager, sous les regards amusés de la foule.

"Cela fait presque 80 ans que nous attendons le train !", a jubilé le président Issoufou. Et d'ironiser : "Nous avons fini par retrouver (celui) qui s'est égaré depuis 1936." 

Le chemin de fer, construit à l'époque coloniale, n'a en effet jamais atteint le Niger, comme c'était pourtant prévu.

Au sud, il s'est arrêté en 1936 à Parakou (Bénin), à mi-chemin entre Niamey et Cotonou. A l'ouest, la Régie de chemin de fer Abidjan-Niger (RAN) a eu Ouagadougou pour terminus, à 500 km de la capitale nigérienne.

"Nous écrivons une nouvelle page de notre histoire", s'est enthousiasmé M. Yayi, qui a donné mardi à Cotonou le départ des travaux côté béninois.

Pour ressusciter ce projet centenaire, les deux chefs d'Etat ont signé un protocole d'accord en novembre 2013 et créé une société multinationale au capital de 70 milliards de FCFA (107 millions d'euros). Quelque 10% des actions reviennent à chacun des deux Etats, 40% à des privés béninois et nigériens et 40% à Bolloré.

La réalisation de ce vieux rêve nécessite la construction de 574 kilomètres de rails entre Niamey et Parakou en passant par Dosso, au Niger.

Le chantier avancera au rythme "d'un kilomètre par jour", a estimé Vincent Bolloré, président du groupe éponyme, pour s'achever au plus tard en 2016, ce qui coïncide avec la fin du premier mandat du président Issoufou, qui veut en briguer un second.

"C'est de la publicité, de la pure propagande, le président Issoufou est déjà en campagne pour sa succession", a critiqué Salissou Abdou, un proche de l'opposant Hama Amadou jeudi soir lors d'un débat télévisé. 

La liaison Niamey-Cotonou constituera la colonne vertébrale d'une "boucle ferroviaire" de près de 2.800 km, allant d'Abidjan (Côte d'Ivoire) à Cotonou, en passant par Ouagadougou et Niamey.

La Sitarail, une filiale du groupe Bolloré, gère le tronçon Abidjan-Ouagadougou, en fonctionnement. L'Organisation commune Bénin-Niger des chemins de fer et transports, une société bi-étatique, avait jusqu'alors la charge du tronçon Cotonou-Parakou. 

Cette boucle, dite "de l'intégration", nécessitera la pose de 1.200 km de nouveaux rails et la réhabilitation de 1.800 autres dans les trois autres pays (Côte d'Ivoire, Burkina Faso et Bénin) déjà dotés d'un chemin de fer.

Elle permettra, à terme, de relier Niamey, via Ouagadougou, au port d'Abidjan, le plus grand d'Afrique de l'ouest.

Ce train permettra l'acheminement rapide et sécurisé du fret nigérien, dont 80% transitent déjà par le port de Cotonou (à 1.000 km de Niamey) par un réseau routier délabré et mal entretenu.

"Il y aura moins de pression sur nos routes car le fret lourd sera réorienté vers les rails", a expliqué à l'AFP le ministre nigérien de l'Equipement, Ibrahim Nomao.

La Chambre de Commerce du Niger l'attend avec impatience. "Ce sera bon pour les affaires, les coûts de transport seront réduits et les denrées coûteront moins cher", se réjouit Abdou Sidi, son président.

Les gains de temps seront importants : "une seule journée" pour acheminer les marchandises depuis Cotonou contre "des semaines entières" aujourd'hui, avance Elhadj Sadou, un commerçant nigérien.

Les rails achemineront également en France, via le port de Cotonou, plus de 4.000 tonnes de minerais d'uranium extraits par an dans le nord du Niger par la société française Areva.

Le projet aura en outre un volet "développement durable". Des panneaux solaires seront érigés le long du trajet pour "produire, conserver et distribuer l'énergie aux populations" riveraines, promet Vincent Bolloré.

Ce qui ne soustrait pas la ligne à de virulentes critiques.

"Pendant que les Nigériens ont faim et soif, le président nigérien, a lui choisi de jeter des milliards par les fenêtres en construisant des rails", épingle l'hebdomadaire privé l'Union.

Et d'ajouter : "Ces milliards auraient dû servir à donner espoir à plus de 7 millions de nos compatriotes frappés par l'insécurité alimentaire".

 

AFP

Ses derniers articles: Niger: 1 an de prison pour 3 policiers après des violences sur un étudiant  Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes  Répudiation express: une pratique contestée dans le monde musulman