mis à jour le

Procès Pistorius: le duel avec le procureur reprend

Le champion handisport sud-africain Oscar Pistorius revient à la barre lundi pour un nouveau round de questions sans pitié du procureur Gerrie Nel, décidé à lui faire avouer qu'il se disputait avec son amie Reeva Steenkamp lorsqu'il l'a abattue.

Dans ce duel sans merci qui dure depuis mercredi dernier, l'athlète de 27 ans n'a pas droit à l'assistance de son avocat. 

Il a donc eu tout le week-end pour se repasser le film de ses cinq premiers jours consécutifs de déposition, durant lesquels il a demandé pardon à la famille de la jeune top-modèle, puis parlé de lui, handicapé de naissance devenu une icône du sport mondial - et surtout un amoureux au-dessus de tout soupçon.

"Je n'avais pas l'intention de tuer Reeva ni personne d'autre" en cette funeste nuit de février 2013, a-t-il assuré.

"Il essaye de convaincre le tribunal qu'ils étaient très proches et qu'il tenait à elle. Ce n'est pas vrai. C'est un menteur débectant", a commenté durant le week-end la soeur de Reeva Steenkamp, Simone, 48 ans, auprès du Daily Mail britannique.

Le procureur avait fait une entrée en scène fracassante mercredi, animé manifestement de la volonté d'aider Pistorius à soulager sa conscience. Il l'a bousculé avec la projection surprise d'une vidéo amateur où Pistorius s'entraîne au tir, puis accusé d'avoir explosé la tête de sa victime "comme une pastèque".

Il a ensuite longuement disséqué les textos échangés par le couple avant le meurtre, soulignant les traits de caractère qu'ils révèlent chez Pistorius, personnalité égocentrique comme le sport de haut niveau peut en produire, querelleur et abusif avec Reeva.

Son but: prouver que si Pistorius a fait des scènes pour le choix d'un CD en voiture ou un chewing gum mâché en public, il est parfaitement plausible qu'ils se soient disputés la nuit du drame comme l'affirment des voisins ayant entendu des cris.

Il a aussi multiplié les questions avec la logique d'un Hercule Poirot cherchant le détail incohérent, confrontant l'accusé aux photos prises par la police après le meurtre, l'accusant de "mentir".

Où étaient les ventilateurs en cette chaude nuit de fin d'été austral? Comment Pistorius pouvait-il les déplacer sans rallonge électrique? Pourquoi la couette était-elle par terre au pied du lit à côté du jean de la victime ? 

Comment a-t-il pu entendre un bruit suspect mais pas son amie sortir du lit? Pourquoi n'a-t-il pas demandé si elle aussi avait entendu du bruit? Le tribunal peut-il croire que sa victime soit restée muette alors qu'elle était réveillée?

Comment croire que Pistorius, inquiet pour sa sécurité et se posant en victime de plusieurs cambriolages ou tentatives d'agression, n'ait pas pris plus de précautions, comme vérifier son alarme ou ranger sa voiture au garage?

 

- Nier tout en bloc -

 

S'abîmant parfois dans de longs silences, Pistorius a assuré n'avoir "rien inventé", "pas changé sa version" et "dire la vérité". Si sa voix a flanché parfois, nouée par l'émotion, c'est parce que "je lutte pour ma vie", a-t-il dit. "C'est la nuit où j'ai perdu la personne à laquelle je tenais le plus, je ne sais pas pourquoi les gens ne peuvent pas comprendre ça!", a-t-il sangloté.

Au fil de cet interrogatoire éreintant, le procureur a marqué des points, démontrant comment Pistorius fuit ses responsabilités, qu'il s'agisse du meurtre, de l'intention homicide ou même des infractions plus mineures versées au dossier.

La nuit du drame, Pistorius avait-il ôté la sécurité sur son arme? Réponse: oui.

"Alors c'est que vous vouliez tirer? C'était votre intention? Vous étiez prêt à tirer?", a asséné le procureur dans sa robe noire, penché vers l'accusé, les bras croisés. Réponse: non.

"Si je vous dis que c'est illégal d'avoir les munitions de votre père dans votre coffre-fort, là-dessus au moins, diriez-vous que vous êtes coupable?", a encore lancé M. Nel. Prisonnier d'une ligne de défense consistant à nier tout en bloc, Pistorius a répliqué: "Je préférerais prendre conseil auprès de mon avocat". 

L'audience de vendredi s'est finalement achevée en suspens sur cette phrase assassine de M. Nel: "Vous saviez que Reeva était derrière la porte et vous avez tiré sur elle!"

"Ce n'est pas vrai", a contré l'athlète, exténué.

 

AFP

Ses derniers articles: Réfugiés: 358 millions de dollars promis  Guinée équatoriale: deux journalistes brièvement interpellés  Nigeria: un projet d'attentat antimusulmans déjoué 

duel

AFP

Kenya: nouveau duel présidentiel entre Odinga et Kenyatta

Kenya: nouveau duel présidentiel entre Odinga et Kenyatta

Football

CAN 2017: duel à distance entre le Mali et l'Egypte

CAN 2017: duel à distance entre le Mali et l'Egypte

AFP

Zambie: la présidentielle, un remake du duel entre Lungu et Hichilema

Zambie: la présidentielle, un remake du duel entre Lungu et Hichilema

procès

AFP

«Biens mal acquis»: Teodorin Obiang demande le renvoi de son procès

«Biens mal acquis»: Teodorin Obiang demande le renvoi de son procès

AFP

Des premières plaintes au procès Obiang, l'affaire des "biens mal acquis"

Des premières plaintes au procès Obiang, l'affaire des "biens mal acquis"

AFP

Maroc: report du procès de 25 Sahraouis

Maroc: report du procès de 25 Sahraouis

procureur

AFP

Zimbabwe: le procureur général remercié et inculpé d'abus de pouvoir

Zimbabwe: le procureur général remercié et inculpé d'abus de pouvoir

AFP

Député assassiné au Maroc: "sexe, argent et désir de vengeance", selon le procureur

Député assassiné au Maroc: "sexe, argent et désir de vengeance", selon le procureur

AFP

Afrique du Sud: démission de Gerrie Nel, procureur du procès Pistorius

Afrique du Sud: démission de Gerrie Nel, procureur du procès Pistorius