SlateAfrique

mis à jour le

Cameroun - Une présidentielle sans bulletins de vote?

Un peu moins de deux semaines avant l’élection présidentielle du 9 octobre 2011 au Cameroun. Or, c’est la panique dans les états-majors des 23 candidats en lice. Le 23 septembre, le quotidien Le Jour s’est fait l’écho de grandes inquiétudes concernant la production du matériel électoral.

Selon le journal, l’imprimerie nationale et la Société camerounaise de presse et d’édition (Sopecam), en charge de la production des bulletins de vote et des professions de foi des candidats, sont en rupture de papier. Au total, 6.000 bulletins de campagne et 96 millions de bulletins de vote doivent être imprimés par ces deux structures. Et plus les jours passent, moins le problème semble trouver une solution.

Le gouvernement, fortement préoccupé par le retard, peine à donner une explication à cette pénurie de papier dans les deux principales imprimeries du pays. Malgré tout, ajoute Le Jour, il cherche à faire bonne figure. Le directeur adjoint du cabinet civil de la présidence du Cameroun, Joseph Le, promet que la date butoir du 28 septembre pour la livraison du matériel sera respectée:

«Pour le moment, la Sopecam tient le cap. Nous pensons que le délai du 28 septembre devrait être respecté. Un tour des ateliers nous a permis de voir tout le monde à l’œuvre. Les équipes sont mobilisées du sommet à la base. Nous restons optimistes.»

De la même façon, les responsables de la Sopecam, par la voix de sa directrice générale Marie-Claire Nnana, n’ont jamais cessé d’assurer qu’ils seraient dans les temps:

«A partir du 21 septembre 2011, au moins 50% du matériel de vote par candidat sera prêt, conditionné et remis à Elecam.»

Sauf que Le Jour affirme qu'Elections Cameroon (Elecam), l’organe chargé de l’organisation matérielle des élections au Cameroun, n’a toujours rien reçu.

Que va-t-il donc se passer si la pénurie de papier se poursuit dans les imprimeries? En 2002 déjà, lors des élections législatives et municipales, le scrutin avait été annulé à la dernière minute en raison de problèmes matériels similaires. Paul Biya est-il prêt à prendre le risque d'un report de la présidentielle, comme l'ont suggéré au mois d'août certains de ses adversaires?

Lu sur Le Jour, CamNews24