mis à jour le

Décès en France d'un patient contaminé par le virus de la rage au Mali

Un homme contaminé par le virus de la rage au Mali est décédé jeudi dans un hôpital d'Ile-de-France, a annoncé le ministère des Affaires sociales.

"Un homme hospitalisé en réanimation dans un établissement francilien (non précisé) est décédé ce jour de la rage", a indiqué le ministère dans un communiqué, précisant que sa contamination avait eu lieu lors d'un séjour prolongé au Mali.

Le diagnostic a été confirmé mercredi par Centre national de référence (CNR) de la rage de l'Institut Pasteur.

Dès cette confirmation, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a demandé aux autorités sanitaires de "prendre en charge les personnes potentiellement exposées". Elle a également présenté ses condoléances à la famille et aux proches de la personne décédée.

Bien qu'aucun cas de transmission directe entre personnes n'ait été constaté, l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France et l'Institut de veille sanitaire (InVS) ont identifié et informé toutes les personnes ayant été en contact étroit avec le malade, précise le ministère.

Le personnel soignant et la famille proche ont pour leur part été dirigés vers un centre antirabique "pour évaluer la pertinence d'une vaccination".

La rage humaine est rarissime en France. Elle se transmet accidentellement par morsure d'un animal infecté et exceptionnellement d'homme à homme.

Mais dans le monde, la rage est à l'origine de quelque 55.000 décès annuels, le plus souvent à la suite d'une infection transmise par un chien enragé, selon l'Institut Pasteur. Chaque année, environ 17 millions de personnes reçoivent un traitement anti-rabique.

Aucun cas de contamination chez l'homme par ce Lyssavirus n'a été enregistré sur le territoire français métropolitain depuis 1924.

En 2008, un cas humain, probablement dû à une morsure de chauve-souris, a été rapporté en Guyane. En outre, une vingtaine de cas chez des personnes contaminées à l'étranger ont été enregistrés entre 1970 et 2005, selon l'InVS.

Chaque année, plusieurs centaines de personnes reçoivent un traitement anti-rabique en France (près de 4.100 personnes en 2001) essentiellement à titre de précaution en cas notamment de morsure par un animal suspect, selon l'Institut Pasteur.

Le vaccin antirabique reste efficace même après contamination à condition qu'il soit effectué avant l'apparition des symptômes. En revanche, en l'absence de traitement et après l'apparition des premiers symptômes, l'issue de cette maladie est toujours fatale.

Le virus rabique modifie le fonctionnement du système nerveux : il ne provoque pas de lésions physiquement visibles dans le cerveau mais perturbe les neurones, notamment ceux qui régulent des fonctionnements rythmiques comme l'activité cardiaque ou la respiration.

Après quelques jours à quelques mois d'incubation, une encéphalite se déclare avec comme symptômes la dysphagie (difficulté à avaler), des troubles neuropsychiatriques variés, notamment l'anxiété et l'agitation assortis parfois d'hydrophobie, à savoir la peur de l'eau.

L'évolution se fait alors vers le coma et la mort (souvent par arrêt respiratoire) survient en quelques jours ou quelques semaines.

Chez les animaux, il n'y a plus eu de cas de contamination sur le territoire français depuis le début des années 2000. Il reste quelques cas de rage parmi des animaux importés.

 

AFP

Ses derniers articles: Kenya: la Cour suprême se prononce sur l'élection du 26 octobre  La France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR  Zimbabwe: Mugabe menacé d'une procédure de destitution par son parti 

décès

AFP

Décès d'Azzedine Alaïa, couturier surdoué et hors normes

Décès d'Azzedine Alaïa, couturier surdoué et hors normes

AFP

Décès de l'écrivain malien Yambo Ouologuem, premier lauréat africain du Renaudot

Décès de l'écrivain malien Yambo Ouologuem, premier lauréat africain du Renaudot

AFP

Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef

Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef

France

AFP

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

AFP

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

AFP

Mohamed, l'ancien pirate somalien qui veut "reconstruire sa vie" en France

Mohamed, l'ancien pirate somalien qui veut "reconstruire sa vie" en France

Mali

AFP

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

AFP

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali