mis à jour le

Nigeria: 21 détenus tués dans une tentative d'évasion

Vingt-et-un détenus sont morts dimanche lors d'une tentative d'évasion des locaux du quartier général des services de renseignement intérieurs (DSS) à Abuja, la capitale du Nigeria, dans laquelle des militants du mouvement islamiste Boko Haram pourraient être impliqués.

Alors que le QG des services de renseignement est tout proche de la résidence du président, l'affaire est embarrassante pour le pouvoir, même si l'implication de Boko Haram, évoquée sur des sites de journaux et sur les réseaux sociaux, n'a pas été confirmée officiellement. 

Les forces de sécurité nigérianes sont impuissantes jusqu'à présent à abattre la sanglante rébellion armée de Boko Haram dans le nord-est du pays, qui dure depuis bientôt cinq ans.

La tentative d'évasion s'est produite à 7H15 (6H15 GMT) au moment de la distribution du repas, a indiqué dans un communiqué la porte-parole du Département des Services de l'Etat (DSS), Marilyn Ogar.

Selon une source de sécurité, les détenus ont désarmé un des gardiens du centre, avant de s'emparer de son fusil et de lui tirer dessus. 

Vingt-et-un détenus ont été tués et deux employés du DSS ont été gravement blessés, a précisé Mme Ogar, affirmant que la situation était désormais sous contrôle et qu'une enquête était en cours.

Des habitants du voisinage ont affirmé avoir entendu des tirs dimanche matin. 

Le porte-parole du président Goodluck Jonathan, Reuben Abati, a minimisé l'incident, assurant sur son compte Twitter que la résidence n'avait pas été touchée.

"Ce qui s'est passé dans le quartier général n'a rien à voir avec la villa (présidentielle). Le président est sain et sauf", a-t-il écrit.

Des soldats ont été amenés en renfort pour sécuriser la zone. La circulation, qui avait été détournée, était revenue à la normale dimanche soir, selon Mme Ogar.

Plusieurs sites de journaux nigérians et des usagers des réseaux sociaux ont assuré que les détenus étaient soupçonnés d'appartenir à Boko Haram, mais ils n'ont pas cité leurs sources.

Le DSS avait exhibé, le 3 mars, sept personnes soupçonnées d'appartenir à Boko Haram, arrêtées pour le meurtre, le 1er février à Zaria (nord) d'Adam Albani, un important responsable religieux musulman qui avait critiqué le groupe dans les médias, au quartier général même.

Mais il n'est pas établi que les suspects, y compris le "cerveau" présumé de l'attentat, soient toujours dans l'établissement du DSS.

Lors du premier trimestre 2014, l'insurrection de Boko Haram, qui a commencé en 2009, a fait plus de 1.000 morts et a provoqué le départ de leurs foyers de 250.000 personnes dans les trois Etats du Nord-Est du pays touchés par les plus grandes violences, et où règne l'état d'urgence, selon le principal organisme de secours nigérian.

 

 

Abuja

AFP

Nigeria: heurts entre manifestants chiites et policiers

Nigeria: heurts entre manifestants chiites et policiers

AFP

Nigeria: les écolières libérées par Boko Haram

Nigeria: les écolières libérées par Boko Haram

AFP

Après l'enlèvement d'écolières

Après l'enlèvement d'écolières

détenus

AFP

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

AFP

Zimbabwe: Mnangagwa accorde une amnistie

Zimbabwe: Mnangagwa accorde une amnistie

AFP

Soudan du Sud: libération de deux pilotes kényans détenus par la rébellion

Soudan du Sud: libération de deux pilotes kényans détenus par la rébellion

tués

AFP

Libye: au moins 17 civils tués dans des combats dans l'est (ONU)

Libye: au moins 17 civils tués dans des combats dans l'est (ONU)

AFP

RDC: 5 militaires tués dans des affrontements contre des rebelles ADF

RDC: 5 militaires tués dans des affrontements contre des rebelles ADF

AFP

RDC: dix rebelles ougandais ADF tués près de Beni (armée)

RDC: dix rebelles ougandais ADF tués près de Beni (armée)