mis à jour le

RDC: 50 députés opposants refusent que le président Kabila reste "au-del

Une cinquantaine de députés de l'opposition se sont opposés jeudi à Kinshasa à "toute initiative" qui permettrait au président Joseph Kabila de rester au pouvoir "au-delà de 2016", le terme de son deuxième et dernier mandat, selon la constitution.

La quarantaine d'élus de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), premier parti d'opposition, et ceux d'une dizaine de petits partis "s'insurgent contre toute initiative tendant à maintenir Monsieur Kabila au-delà de 2016", a déclaré l'élu UDPS Samy Badibanga au parlement congolais.

Joseph Kabila est arrivé au pouvoir en 2001, remplaçant son père Laurent-Désiré, assassiné. Il a été élu en 2006, et réélu en 2011, après un scrutin contesté.

Selon l'article 220 de la Constitution, il n'a droit qu'à deux mandats. Cependant, plusieurs groupes d'opposants accusent la Majorité présidentielle de vouloir modifier la Constitution pour lui permettre un troisième mandat.

Les élus UDPS et ses alliés -soit 10% des députés- "exigent le respect des échéances, de la durée et du nombre des mandats dans l'organisation des élections et ce conformément aux dispositions pertinentes reprises à l'article 220 de la Constitution", a souligné M. Badibanga.

Mais "au lieu de préparer l'alternance démocratique dans le respect des règles de l'art", le pouvoir "fait de la résistance et voudrait expérimenter des formules périlleuses qui ont valeur d'usine à gaz", a-t-il ajouté.

La Majorité présidentielle a indiqué vendredi qu'elle envisageait "sérieusement" un référendum pour modifier la Constitution pour changer le mode de scrutin des élections provinciales censées avoir lieu en 2015, tout en niant la moindre volonté de "comploter [...] contre la Constitution".

Cela servira de prétexte à une révision constitutionnelle plus large destinée à permettre au président Kabila de se maintenir au pouvoir, a déclaré mercredi à l'AFP Vital Kamerhe, chef de l'Union pour la nation congolaise (UNC), ex-meilleur allié de M. Kabila arrivé troisième à la présidentielle.

Les députés de l'UDPS et ses alliés "rejettent" aussi "toute idée d'organiser les élections provinciales au scrutin indirect", estimant qu'à terme l'objectif est de faire "élire le président de la république au scrutin indirect, d'instaurer un septennat et d'établir un système des mandats illimités".

AFP

Ses derniers articles: CAN: le Maroc se rassure face au Togo et s'offre une "finale" pour les quarts  CAN: le Maroc se reprend, la Côte d'Ivoire évite le pire  Gambie: Jammeh négocie les conditions de son départ, l'intervention militaire toujours en suspens 

députés

AFP

Côte d'Ivoire: les électeurs aux urnes pour choisir les députés

Côte d'Ivoire: les électeurs aux urnes pour choisir les députés

AFP

Burundi: les députés votent en faveur d'un retrait de la CPI

Burundi: les députés votent en faveur d'un retrait de la CPI

AFP

Les Marocains aux urnes pour choisir leurs députés

Les Marocains aux urnes pour choisir leurs députés

Kabila

AFP

RDC: l'immunité d'un opposant

RDC: l'immunité d'un opposant

AFP

RDC: 40 morts lors de manifestations contre le président Kabila

RDC: 40 morts lors de manifestations contre le président Kabila

AFP

La RDC au ralenti

La RDC au ralenti

président

AFP

Gambie: intervention militaire pour installer le nouveau président

Gambie: intervention militaire pour installer le nouveau président

AFP

A Dakar, joie et espoir de Gambiens en exil président

A Dakar, joie et espoir de Gambiens en exil président

AFP

Gambie: le président Yahya Jammeh décrète l'état d'urgence

Gambie: le président Yahya Jammeh décrète l'état d'urgence