mis à jour le

Centrafrique: après un an de chaos, la Centrafrique dans l'impasse

Violences sans fin, aides financières et troupes européennes qui tardent à arriver: un an après la prise du pouvoir par la coalition rebelle Séléka qui a plongé la Centrafrique dans un chaos sanglant, le pays reste dans l'impasse.

Lundi, un important dispositif sécuritaire a été mis en place à Bangui, date anniversaire du renversement du président François Bozizé par la rébellion de Michel Djotodia, et après de nouvelles violences ayant fait au moins 4 morts ce week-end.

Dès l'aube, la force de l'Union africaine Misca menait des patrouilles et procédait à des fouilles des véhicules et des personnes, sur les principales avenues reliant le centre au nord-ouest de la ville.

Les véhicules de particuliers et de transport en commun étaient systématiquement arrêtés et les soldats de la Misca procédaient à une fouille minutieuse sous les sièges, dans les coffres, parfois des passagers.

La Misca compte 6.000 hommes, appuyés depuis début décembre par la force française Sangaris, 2.000 soldats. Les forces internationales sont chargées de rétablir un minimum de stabilité dans un pays où l'Etat n'existe plus et qui traverse une crise humanitaire sans précédent avec des centaines de milliers de déplacés ayant fui les violences intercommunautaires.

Si les tueries de masse ont cessé depuis le début de l'intervention française le 5 décembre, les explosions de violences restent quotidiennes à Bangui et en province, où de larges portions du territoire restent hors de contrôle de toute forme d'autorité.

Même dans la capitale, violences et assassinats restent le lot commun. Ainsi, au moins quatre personnes ont été tuées samedi à Bangui dans des affrontements entre groupes armés, au cours desquels les soldats de Sangaris et de la Misca ont aussi été pris à partie.

Un peu partout dans le pays, des exactions sont régulièrement signalées contre les populations. Selon les régions, elles sont le fait des ex-Séléka ou des anti-balaka, miliciens majoritairement chrétiens qui se sont dans un premier temps opposés aux agissements des Séléka essentiellement musulmans, avant de s'en prendre à la population civile musulmane.

 

     - L'argent manque -

 

Ces violences ont provoqué un exode des populations musulmanes de régions entières du pays. Pour ceux qui restent, la situation est "insupportable", a dénoncé vendredi Peter Bouckaert, directeur Urgences de l'ONG Human Rights Watch.

"La situation humanitaire et sécuritaire est très grave, insupportable pour les musulmans qui restent dans le sud-ouest (de la Centrafrique) et à Bangui. Il y a une vingtaine de poches dans le pays avec 15.000 personnes en danger. On doit réfléchir à les évacuer", a-t-il déclaré à la presse.

Cherchant un nouveau souffle, Paris compte sur l'envoi d'une force européenne en appui aux forces française et africaine sur place, en attendant une prise de relais par une force de l'ONU, toujours hypothétique.

Mais une centaine de soldats européens manquent toujours à l'appel pour lancer l'opération qui devait commencer la semaine dernière, les pays européens ayant surtout les yeux rivés sur la crise ukrainienne.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon réclame de son côté une décision rapide du Conseil de sécurité au sujet du déploiement de 12.000 Casques bleus dans l'ancienne colonie française.

Après un an de dérive, l'urgence est aussi de rétablir l'Etat et de remettre en marche une économie atone, dans ce pays très pauvre au passé troublé par des coups d'Etat, des mutineries et des rébellions. Les fonctionnaires centrafricains ont reçu début mars leur premier salaire depuis six mois, mais l'argent manque.

Elue le 23 janvier dernier, la présidente de transition Catherine Samba Panza, endossant le costume de "VRP", multiplie les rencontres avec ses pairs africains et les représentants des institutions internationales afin de récolter l'aide financière nécessaire au redressement du pays.

L'Union Européenne (UE) a annoncé mi-mars l'octroi d'une aide de 81 millions d'euros à la Centrafrique consacrée à l'éducation, la santé et la sécurité alimentaire.

Mais jusque-là, l'engagement financier des bailleurs internationaux est "extrêmement faible, pas du tout à la hauteur", dans ce très pauvre pays où les violences ont fait près d'un million de déplacés et réfugiés, sur une population de 4,6 millions d'habitants, s'alarmait récemment l'ONG Médecins sans frontières (MSF).

 

 

AFP

Ses derniers articles: CAN: la RDC surprend le Maroc et prend les commandes  CAN: la Côte d'Ivoire cale, la RD Congo en profite  CAN: la Côte d'Ivoire piétine face au Togo 

Centrafrique

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

AFP

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée