mis à jour le

Elections en Algérie: Bouteflika promet "une démocratie large"

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, candidat à un 4e mandat, a promis dimanche, via son directeur de campagne Abdelmalek Sellal, "une démocratie large" dans la Constitution amendée en 2014 pour son premier rassemblement électoral à Adrar, ville saharienne située à 1.400 km au sud-ouest d'Alger.

"Dès 2014, il y aura un changement dans la Constitution", a déclaré M. Sellal devant un millier de partisans tassés dans une salle du centre culturel de la ville, a constaté une journaliste de l'AFP.

"L'Algérie aura une démocratie large, une démocratie participative. Tous les citoyens participeront au développement du pays", a poursuivi l'ex-Premier ministre, devenu directeur de campagne de M. Bouteflika pour la troisième fois consécutive.

"Nous allons élargir les prérogatives des élus du peuple et les partis de l'opposition auront leurs droits constitutionnels", a-t-il encore affirmé, sans donner plus de détails. 

Le dernier changement constitutionnel date de 2008 en Algérie lorsqu'il y a eu amendement pour permettre à M. Bouteflika de briguer un 3e mandat, alors que les mandats présidentiels étaient limités à deux. En 2002, le chef de l'Etat avait également fait introduire dans la Loi Fondamentale le tamazigh (berbère) comme langue nationale.

Parmi les personnes présentes, plusieurs ont indiqué à l'AFP être venues de très loin pour participer au meeting. 

Aïcha, assistante médicale, arrivée en car depuis Reggane, ville des essais nucléaires français d'avant l'indépendance située à 150 km de là, exprimait comme beaucoup un besoin de "stabilité". Elle "votera pour M. Bouteflika" en raison du danger provenant des pays voisins, dont le Mali et la Mauritanie.  

Abdelmalek Sellal --qui représente M. Bouteflika, 77 ans, 15 ans de pouvoir et trop faible pour faire campagne lui-même-- avait été accueilli à son arrivée à Adrar par une fantasia de cavaliers touaregs munis de leurs traditionnels fusils et accompagnés de musiciens.

M. Sellal, ses collaborateurs et les journalistes qui les accompagnent doivent ensuite se rendre à Tamanrasset, située à 2000 km au sud d'Alger.

Cinq autres représentants de M. Bouteflika tenaient chacun dimanche des meetings ailleurs dans le pays, tandis que le principal challenger du président sortant, Ali Benflis, était attendu à Mascara, ville de l'ouest algérien.

La campagne électorale s'achèvera le 13 avril, soit quatre jours avant le scrutin.

 

 

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: un ancien Premier ministre lance son parti  100% Afrique: trois soirées de musiques urbaines  Côte d'Ivoire: ONG et victimes dénoncent l'acquittement de Mme Gbagbo 

Bouteflika

AFP

Algérie: l'invisible président Bouteflika fête ses 80 ans

Algérie: l'invisible président Bouteflika fête ses 80 ans

AFP

Algérie: nouvelles interrogations sur la santé de Bouteflika

Algérie: nouvelles interrogations sur la santé de Bouteflika

Lord of war

L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain

L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain

démocratie

Politique

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches

Politique

Il n'y a qu'une seule démocratie «à part entière» en Afrique subsaharienne

Il n'y a qu'une seule démocratie «à part entière» en Afrique subsaharienne

AFP

Sommet Afrique-France

Sommet Afrique-France

élections

AFP

RDC: l'épiscopat redoute un plan pour "empêcher" les élections

RDC: l'épiscopat redoute un plan pour "empêcher" les élections

AFP

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

AFP

Gambie: l'armée soutient le  président Jammeh défait aux élections

Gambie: l'armée soutient le président Jammeh défait aux élections