mis à jour le

Kenya: deux suspects arrêtés

La police kényane a annoncé lundi avoir arrêté deux hommes qui circulaient à bord d'un véhicule chargé d'explosifs dans la très touristique ville côtière de Mombasa (est) et préparaient selon elle un attentat contre une cible non identifiée.

Selon la police, deux bombes artisanales se trouvaient dans le véhicule. Un téléphone portable, qui aurait pu servir de détonateurs, a aussi été retrouvé à bord.

"Nous n'avons pas déterminé où était la cible, mais nous détenons deux suspects d'actes terroristes qui étaient dans le véhicule", a affirmé Henry Ondiek, du département d'enquêtes criminelles de Mombasa.

"Nous avons reçu un tuyau disant que les deux (hommes) étaient en route pour attaquer un endroit non identifié, nous leur avons tendu une embuscade", a-t-il poursuivi, alors que les suspects étaient interrogés.

Une autre source policière s'exprimant sous couvert d'anonymat a précisé que les deux hommes étaient d'origine somalienne.

Lundi soir, le véhicule avait été conduit au principal commissariat de Mombasa, placé sous haute sécurité. L'armée en bouclait les abords.

A la suite de la découverte du véhicule et de l'arrestation des suspects, des renforts de police patrouillaient dans plusieurs zones de la ville, en particulier autour des principaux bâtiments, des zones très fréquentées et des hôtels et autres centres touristiques. 

Le Kenya a fait l'objet d'une série d'attaques à la bombe ou à la grenade, dans la capitale Nairobi ou à Mombasa, depuis qu'il a lancé des troupes à la poursuite des islamistes somaliens shebab dans le sud de la Somalie voisine.

Les autorités kényanes attribuent ces attaques systématiquement aux shebab, qui ont, eux , surtout revendiqué le spectaculaire attentat contre le centre commercial Westgate à Nairobi qui a fait au moins 67 morts fin septembre.

Mombasa abrite une mosquée, la mosquée Musa, considérée comme le temple de l'islam radical dans le pays. L'établissement religieux est la cible d'une féroce répression des autorités, qui voient en lui un lieu de recrutement privilégié des insurgés islamistes somaliens, et se retrouve chroniquement au coeur de violents affrontements entre fidèles et policiers.

 

AFP

Ses derniers articles: Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie  Présidentielle au Ghana: ce qu'il faut savoir  Ghana: briguer la présidence de l'Etat, même en fauteuil roulant