mis à jour le

Brazzaville Congo-Ocean Railway, 1932 by Wikimedia Commons
Brazzaville Congo-Ocean Railway, 1932 by Wikimedia Commons

Congo-Océan: en finir avec l'amnésie de la France sur son passé colonial

La plainte du CRAN pour «crimes contre l'humanité» au sujet du chemin de fer Congo-Océan est un besoin de vérité et de justice.

Malgré les innombrables travaux savants menés par les historiens africains et occidentaux, et qui ont eu le mérite de donner un autre son de cloche pour le moins précieux sur la nature et l’origine du système colonial, la France officielle reste figée, et peine à sortir de sa longue nuit coloniale.

En vérité, il existe un embarras des élites françaises, notamment les élites dirigeantes, à se confronter, avec courage et humanité, à la réalité des époques esclavagiste et coloniale. En France même, une tendance publique à l’occultation et à l’amnésie concernant le passé esclavagiste et le passé colonial, s’est installée dans la mémoire et la conscience collectives.

D’ailleurs, il suffit de jeter un coup d’œil sur les manuels scolaires français pour constater que tout a été entrepris pour effacer le souvenir de ces époques tragiques de l’histoire nationale.

La vérité sur le système colonial

Animés par un indépassable besoin de vérité, de justice et de réconciliation, inhérent à la condition humaine, les dirigeants du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), viennent de porter plainte, récemment, contre l’Etat français et le groupe de BTP, Spie-Batignolles, pour «crimes contre l’humanité». Pour le CRAN, cette plainte porte sur une terrible page de l’histoire coloniale, au moment de la construction du chemin de fer «Congo-Océan», dans les années 1920. Ce projet colonial démentiel aurait fait des milliers de victimes, parmi lesquelles enfants, femmes et hommes.

Soulignons que nul n’a dénoncé avec plus de «prophétie» et de vigueur le système colonial français en Afrique centrale que le Guyanais René Maran, à travers son célèbre roman Batouala. L’entreprise coloniale, c’est d’abord, répétons-le, une œuvre de déshumanisation de l’homme. En croisant le fer avec l’Etat français, à travers cette plainte, le CRAN entend percer toute la vérité sur cette époque, et permettre aux citoyens français de connaître tous les rouages du système colonial. Et le CRAN fait le pari, après les acquis de la loi Taubira reconnaissant, en France, la Traite et l’esclavage des Noirs comme «crimes contre l’humanité», que cette plainte permettra de donner une place centrale à la mémoire négro-africaine dans l’espace public français. Avouons-le, la démarche du CRAN, si elle peut apparaître téméraire, reste parfaitement inédite, salutaire et salvatrice. Evidemment, on ne manquera pas de comparer cette démarche  à celle des organisations juives.

Mais pour les dirigeants du CRAN, il ne s’agit, nullement, avec cette plainte, de dresser la mémoire et la souffrance négro-africaines contre celles des juifs. Au contraire, en rejetant tous les parallèles douteux et nauséabonds entre souffrance négro-africaine et souffrance juive, le Conseil représentatif des associations noires de France met en évidence et refuse le silence coupable de l’Etat français sur les crimes coloniaux commis en terre africaine.

L’amnésie constitue un réel danger

Derrière cette plainte, il faut souligner qu’un certain révisionnisme colonial à caractère raciste continue, à l’heure actuelle, à exercer une fascination morbide sur certaines élites intellectuelles et politiques françaises, bien que la science historique ait apporté un cinglant démenti à leurs discours et théories. Personne ne sait quel sort la justice française réservera à la plainte du CRAN. Mais quoi qu’il en soit, cette organisation, brisant la mauvaise conscience et l’amnésie françaises, ne fait que dire, montrer, faire entendre ce qui s’est passé en Afrique noire, durant la nuit coloniale du pays de la Révolution française.

La démarche du CRAN, c’est d’abord une œuvre de transmission, donc de mémoire comme l’a si bien pensé Hannah Arendt pour qui «la mémoire est cette faculté innée qui fait de l’homme un être hanté par la peur d’oublier». Les Noirs ne doivent, en aucun cas, perdre leur mémoire historique, laquelle soutient leur édifice existentiel. Cela, le CRAN le sait. Au-delà de la dimension réparatrice pécuniaire, cette plainte pose à l’Etat français un immense défi moral à relever. Oui, l’Etat français doit s’acquitter de sa dette morale envers les victimes du colonialisme, en domptant, enfin, son passé colonial.

Par conséquent, la démarche du CRAN est courageuse, légitime, de surcroît, rédemptrice. Car elle ne peut que contribuer à changer radicalement, et positivement, la condition négro-africaine.

 Abdoulaye Barro

Cet article a d’abord été publié dans Le Pays

Le Pays

Le Pays. Le plus lu des quotidiens du Burkina Faso.

Ses derniers articles: Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil  Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola  Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison? 

Afrique noire

Afrique noire

Dans l'univers des franc-maçons africains

Dans l'univers des franc-maçons africains

REVOLUTION DU JASMIN

L'Afrique noire redoute l'effet domino

L'Afrique noire redoute l'effet domino

colonisation

Nord-Sud

Les universités africaines souffrent encore d’une colonisation de l’esprit

Les universités africaines souffrent encore d’une colonisation de l’esprit

Appropriation culturelle

Porter des vêtements et marques propres aux tribus africaines est-ce mal?

Porter des vêtements et marques propres aux tribus africaines est-ce mal?

Au temps des colonies

L'Allemagne aussi a un passé colonial (trop souvent oublié)

L'Allemagne aussi a un passé colonial (trop souvent oublié)

Cran

AFP

Moody's dégrade d'un cran la note souveraine de l'Afrique du Sud

Moody's dégrade d'un cran la note souveraine de l'Afrique du Sud

Diversité

Combien y a-t-il de maires non-blancs en France?

Combien y a-t-il de maires non-blancs en France?

AFP

La querelle Maroc-France monte encore d'un cran

La querelle Maroc-France monte encore d'un cran