mis à jour le

Nigeria: l'armée annonce avoir tué 20 islamistes dans le Nord-Est

L'armée nigériane a annoncé jeudi avoir tué 20 insurgés islamistes dans le nord-est du pays, où cinq lycées publics ont été fermés après une série d'attaques contre des établissements scolaires.

Le porte-parole du ministère de la Défense, Chris Olukolade, a affirmé que l'armée avait repoussé une attaque des islamistes de Boko Haram mercredi à Mafa, dans l'Etat de Borno, épicentre de l'insurrection qui a coûté la vie à quelque 500 personnes depuis le début de l'année.

"20 insurgés ont péri pendant la confrontation", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Ces informations n'ont pu être confirmées de source indépendante. Les communications avec la région sont difficiles, l'armée ayant suspendu le réseau de téléphonie mobile pour compliquer les opérations des islamistes.

Le village de Mafa avait déjà été dimanche la cible d'une attaque attribuée à Boko Haram, dans laquelle 29 personnes ont été tuées. La veille, un double attentat dans la capitale de l'Etat, Maiduguri, avait fait 35 morts et une attaque dans un village voisin, 39 victimes supplémentaires.

Selon des témoins et un sénateur de la région, les soldats déployés dans Mafa s'étaient enfuis lorsque l'attaque avait commencé dimanche. Les militaires ont nié.

Sur ce point, M. Olukolade a dénoncé jeudi les "déclarations incendiaires de personnes haut placées dans le gouvernement" et "des commentateurs dans le pays et en dehors qui ont fait constamment des remarques fausses et trompeuses pour décrire le tempérament de nos troupes".

Les médias ont rapporté à de nombreuses reprises comment les soldats nigérians avaient tendance à fuir face aux combattants de Boko Haram, souvent mieux équipé.

M. Olukolade n'en a cure: "L'armée nigériane ne peut en aucun cas être dépassée par les insurgés", a-t-il martelé jeudi.

Selon plusieurs médias locaux, le ministre nigérian de l'Information se verra prochainement attribuer 300 millions de naira (1,3 million d'euros) pour combattre la désinformation propagée par des médias étrangers, particulièrement concernant les attaques de Boko Haram. 

Dans le même temps, le ministère de l'Education a décidé de fermer cinq lycées situés "dans des zones à hauts risques sécuritaires" dans les Etats d'Adamawa, de Borno et d'Yobe, les trois qui subissent les violences des islamistes, placés sous état d'urgence depuis mai dernier.

La semaine dernière, 43 lycéens avaient été tués lors de l'attaque du lycée de Buni Yadi, dans l'Etat de Yobe, par des combattants présumés de Boko Haram.

AFP

Ses derniers articles: Amical: la Côte d'Ivoire plonge un peu plus la Russie dans le doute  Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque  Procès de Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire: ses avocats n'assisteront pas 

islamistes

AFP

Libye: des groupes islamistes s'emparent d'un site pétrolier

Libye: des groupes islamistes s'emparent d'un site pétrolier

AFP

Algérie: neuf islamistes armés tués en Kabylie

Algérie: neuf islamistes armés tués en Kabylie

AFP

Algérie: les islamistes s'organisent avant les législatives

Algérie: les islamistes s'organisent avant les législatives

l'armée

AFP

Mali: l'attaque meurtrière contre l'armée revendiquée

Mali: l'attaque meurtrière contre l'armée revendiquée

AFP

Mali: 11 morts dans une attaque contre l'armée

Mali: 11 morts dans une attaque contre l'armée

AFP

Gambie: le chef de l'armée Ousman Badjie limogé

Gambie: le chef de l'armée Ousman Badjie limogé