SlateAfrique

mis à jour le

Les chips capverdiennes ont eu raison de Cesaria Evora

Les fans de «la diva aux pieds nus» vont sûrement mettre du temps à se faire à la nouvelle: Cesaria Evora est en train de mettre un terme à sa prodigieuse carrière, apprend-on sur le site du Monde.

La chanteuse capverdienne, qui a accordé une interview au quotidien français, en a profité pour annoncer son retrait de la scène:

«En fait, j'arrête tout. Je n'ai pas de force, pas d'énergie. Je veux que vous disiez à mes fans: excusez-moi, mais maintenant, je dois me reposer. Je regrette infiniment de devoir m'absenter pour cause de maladie, j'aurais voulu donner encore du plaisir à ceux qui m'ont suivie depuis si longtemps.»

Une des raisons de ce départ inattendu: les batatinhas, chips traditionnelles du Cap-Vert, dont la chanteuse a abusé alors qu’elle n’y avait pas droit. Cesaria souffre en effet d’un taux de cholestérol élevé et de problèmes cardiaques.

Tous les concerts de la diva sont déjà annulés. José da Silva, son producteur et manager, prépare un communiqué pour mettre officiellement un terme à vingt-deux ans d'une histoire artistique qui a fait connaître, partout dans le monde, la morna, une musique qui évoque la mélancolie capverdienne. Un communiqué dont Le Monde publie un extrait:

«Cesaria a décidé en accord avec son producteur et manager, José da Silva, de mettre fin à sa carrière, en renonçant à cette vie itinérante qui la mène aux quatre coins du monde depuis ses débuts en 1991 sur la scène internationale.»

Pour l’heure, la chanteuse reçoit des examens dans un hôpital d’une ville chic de la banlieue parisienne, avant de retourner à Mindelo, sa ville natale au Cap-Vert.

«J'ai fait de mon mieux, j'ai eu une carrière que beaucoup aimeraient avoir. J'ai failli mourir en Australie, puis mon cœur a flanché à Lisbonne. J'ai été opérée à cœur ouvert à Paris. Ils disent que c’est à cause des chips. Je devrais en manger à nouveau pour voir si c’est ça qui m’a affaiblie.»

Cesaria Evora a fêté ses 70 ans en août 2011. Elle dit se porter très bien, malgré son addiction aux chips qui la rend malade. Celle qui a fait rêver des millions de personnes à travers le monde confie aussi ne rien regretter:

«La vie continue, dit-elle, et le temps passe, mais ne revient jamais sur le passé.»

Lu sur Le Monde.fr