SlateAfrique

mis à jour le

Ben Ali et Leïla Trabelsi, sans-papiers?

L’ex-président Ben Ali et son épouse, Leïla Trabelsi, sont-ils encore en possession de leurs passeports tunisiens?

Le quotidien Assabah revenait le 22 septembre sur ce qu'il appelle «l’affaire des passeports diplomatiques de Ben Ali».

Deux jours après la fuite du dictateur le 14 janvier, l’ex-couple présidentiel aurait en effet obtenu des passeports portant la mention «Président de la République».

Constatant la vacance du pouvoir, le 14 janvier, Mohammed Ghannouchi, ex-Premier ministre du gouvernement Ben Ali, se déclare en charge de l’intérim présidentiel. Puis, le 16 janvier, le Conseil constitutionnel désigne à ce poste Fouad Mebazaa, l’ex-président de la Chambre des députés, selon l’article 57 de la Constitution tunisienne (PDF). Les pièces d’identité délivrées à l’attention du couple présidentiel ont donc cessé d'être réglementaires à cette date.

Pourtant, dans le cas de Ben Ali, le Journal officiel de l’Union européenne (PDF) fait mention de deux passeports diplomatiques délivrés: l’un n'est plus valable depuis le 24 décembre 2010, et l'autre expirant le 15 janvier 2014. Concernant son épouse Leïla Trabelsi, deux passeports expirant à ces mêmes dates sont également mentionnés dans le rapport.

Cette affaire fait suite aux procès de l’ancien directeur de la Sûreté nationale, Ali Seriati, accusé de falsification de passeports et qui avait rejeté la responsabilité sur un préposé de la présidence. Ce dernier avait expliqué avoir reçu l’ordre de Ben Ali d’établir au plus vite de nouveaux passeports.

A ce jour, Assabah évoque «une enquête […] menée sur le compte de responsables du ministère des Affaires étrangères sur cette période.»

Pour mémoire, le ministère en question avait annulé le 26 janvier dernier 48 passeports diplomatiques appartenant aux membres du clan présidentiel, dont ceux de Ben Ali et son épouse. Les pièces d’identité diplomatiques n’étaient, en conséquence, plus valides. Le couple Ben Ali auraient donc embarqué à bord de l’avion les menant en Arabie saoudite sans documents officiels d'identité, ni passeports diplomatiques.  

Lu sur Assabah, Mag 14