mis à jour le

Thierry Michel Atangana / DR
Thierry Michel Atangana / DR

Cameroun: petit jeu de poker autour de Thierry Michel Atangana

Ce Français, détenu depuis 17 ans à Yaoundé, a bénéficié d'une grâce présidentielle, mais il n'est toujours pas libre.

Le Cameroun a célébré hier, 20 février, le cinquantenaire de sa réunification. C’est en prélude à ces festivités que le président Paul Biya a pris un décret pour gracier un certain nombre de prisonniers de droit commun, parmi lesquels figure Thierry Michel Atangana.

Certes, le décret n’est pas nominatif, mais ses termes semblent inclure cet homme d’affaires français dans le lot des prisonniers qui doivent bénéficier de la remise totale de peine, car ils font cas de ceux qui ont passé dix ans en milieu carcéral alors qu’Atangana en a fait 17.

Cette grâce présidentielle devrait permettre aux bénéficiaires de respirer à pleins poumons l’air de la liberté. Mais jusqu’à hier soir, soit trois jours après la publication du décret, la libération des prisonniers se faisait toujours attendre. Que se passe-t-il donc pour que l’on retarde la libération de ces condamnés dont la culpabilité de certains n’a d’ailleurs jamais été prouvée?

Monnaie d’échange

En tout cas, jusque-là, Thierry Michel Atangana, qui est derrière les barreaux depuis 17 ans, a toujours nié les faits de détournement de deniers publics qu’on lui reproche. De même, la Justice camerounaise n’a jamais pu apporter les preuves irréfutables de la culpabilité de l’homme d’affaires. Dans un pays où la presse n’a pas le droit de parler de la santé du président, quelle crédibilité peut-on accorder à ses autorités?

Le fait que Paul Biya a pris un décret non nominatif laisse croire qu’il a des intentions cachées. Il voudrait tirer le maximum d’avantages et d’opportunités auprès de la France à travers la libération de Thierry Michel Atangana, qu’il ne s’y prendrait pas autrement. En tout cas, selon toute vraisemblance, Biya veut utiliser Atangana comme monnaie d’échange.

Après 32 ans de règne, il a toujours la boulimie du pouvoir. Et pour que l’ex-puissance coloniale ferme les yeux sur ses dérives dictatoriales afin qu’il continue de régner ad vitam aeternam, Biya est prêt à se servir au maximum de la situation de l’homme d’affaires français.

C’est un prisonnier précieux qu’il a sous la main et il n’entend pas le libérer sans en tirer les bénéfices. Et il est sûr d’atteindre ce but car François Hollande qui, depuis quelque temps, a pris l’affaire en main, n’attend autre chose que la libération de ce compatriote. D’ailleurs, ce ne serait pas la première fois que Biya réussit ainsi à améliorer ses relations avec le président français. La récente libération d’otages français, qu’il a pilotée avec succès, a été un élément porteur. (...)

Ouf de soulagement

Mais avec François Hollande, c’est le printemps des dictateurs car ils ne sont nullement inquiétés. Et c’est dommage car cette mansuétude à l’égard des satrapes africains, dessert la France et surtout l’Afrique qui a besoin d’une nouvelle race de dirigeants. Certes, l’Hexagone n’a jamais connu de période aussi chaotique sur le plan économique, d’où le souci du président français d’user de tous les moyens pour redresser l’économie car il sait bien qu’il sera jugé sur ses résultats économiques et sociaux par les Français qui l’ont élu.

Mais cela ne devrait pas amener l’actuel locataire de l’Elysée à sacrifier les valeurs démocratiques en Afrique sur l’autel des intérêts français. Paradoxalement, l’arrivée de la gauche au pouvoir a fait pousser un ouf de soulagement aux dictateurs du continent africain. Le président Paul Biya, qui est considéré aujourd’hui comme l’un des plus féroces dictateurs du continent, peut boire du petit lait.

C’est la preuve que la Françafrique a encore de beaux jours devant elle. Les termes pardon, paix et réconciliation, abondamment utilisés par Paul Biya au cours de la célébration du cinquantenaire de la réunification de son pays, ne sont que des slogans creux. Car comment parler de réconciliation au Cameroun lorsque les cendres du père de la nation, Ahmadou Ahidjo, sont encore au Sénégal?

Pourquoi ne pas les rapatrier au Cameroun si tant est que l’on estime que le moment est venu pour les Camerounais de se pardonner et de se donner mutuellement la main pour construire leur pays ?

Dabadi Zoumbara

Cet article a d’abord été publié dans Le Pays

Dabadi Zoumbara

Dabadi Zoumbara. Journaliste Burkinabé.

Ses derniers articles: Jeu de poker autour de Thierry Michel Atangana  Compaoré, un médiateur de plus en plus inquiet  Les héritiers africains de Ben Laden 

Cameroun

AFP

CAN-2019

CAN-2019

AFP

Confédérations: le Chili réussit ses débuts face au Cameroun

Confédérations: le Chili réussit ses débuts face au Cameroun

AFP

La mort de Mgr Bala, "le meurtre de trop" pour les évêques du Cameroun

La mort de Mgr Bala, "le meurtre de trop" pour les évêques du Cameroun

Françafrique

AFP

Hollande et l'Afrique: des guerres et la fin d'une certaine Françafrique

Hollande et l'Afrique: des guerres et la fin d'une certaine Françafrique

Françafrique

En interférant dans l'élection gabonaise, la France agit en puissance coloniale

En interférant dans l'élection gabonaise, la France agit en puissance coloniale

Quiz

[QUIZ] François Hollande a t-il vraiment rompu avec la Françafrique?

[QUIZ] François Hollande a t-il vraiment rompu avec la Françafrique?

Paul Biya

Mème.

Le grand détournement des Camerounais qui parodient la courbette de leur ministre

Le grand détournement des Camerounais qui parodient la courbette de leur ministre

Accident ferroviaire d'Eseka

«C’est très peu», disent des Camerounais à propos de l'indemnisation de Bolloré

«C’est très peu», disent des Camerounais à propos de l'indemnisation de Bolloré

Cameroun

Le silence de Bolloré ulcère les Camerounais après la catastrophe ferroviaire d'Eseka

Le silence de Bolloré ulcère les Camerounais après la catastrophe ferroviaire d'Eseka