mis à jour le

Afrique du Sud: après l'ultimatum des mines, Amcu maintient ses exigences

Le syndicat Amcu qui mène la grève des mineurs de platine sud-africains depuis quatre semaines a maintenu jeudi ses exigences salariales, rejetant les menaces du patronat qui avait évoqué la veille des restructurations et des suppressions d'emplois en cas de poursuite du mouvement.

"Nous avons l'intention de nous adresser à ceux qui prennent les décisions pour présenter nos motivations pour un salaire minimum de 12.500 rands (830 euros) dans le secteur minier, et d'explorer les mécanismes et les méthodes pour y parvenir", a déclaré Amcu dans un communiqué.

"Dans les semaines à venir, nous allons organiser des marches sur les compagnies minières et les ministères, pour remettre des copies de nos revendications. Nous allons coordonner des campagnes localement et auprès de la communauté internationale pour dévoiler la mesure de l'exploitation en Afrique du Sud par les sociétés multinationales", poursuit le syndicat.

Depuis la rupture de facto des pourparlers directs le 5 février, les deux parties se sont accusées mutuellement de refuser le dialogue et de ne pas jouer le jeu de la négociation. 

Mercredi, les trois principaux producteurs mondiaux de platine, après 22 jours de grève, ont finalement sommé leurs employés d'accepter telles quelles les propositions déjà sur la table.

"Une grève prolongée", ont mis en garde les dirigeants d'Implats, Amplats et Lonmin dans un communiqué commun, "aura pour conséquences plus de pertes, d'autres restructurations stratégiques et, inévitablement, cela aura un impact négatif sur l'emploi et sur l'économie en général".

- Des augmentations étalés sur trois ans -

 

Selon le patronat, les propositions faites "pousse les limites de ce qui est acceptable et viable aussi loin que nous le pouvons (...) L'offre est nettement au dessus du niveau de l'inflation, elle est honnête et raisonnable. Nous ne pouvons pas et ne voulons pas envisager d'aller au-delà".

Le plan patronal prévoit des augmentations de salaires étalées sur trois ans avec des revalorisations annuelles comprises entre 7 et 9% selon les catégories. L'inflation est officiellement un peu inférieure à 6%.

Le syndicat pour sa part exige un salaire de base de 12.500 rands (830 euros), soit plus du double du niveau actuel.

A deux mois et demie d'élections générales, Amcu attaque par ailleurs violemment l'ANC, le parti au pouvoir: "Nous sommes conscients que ces entreprises sont poussées à agir comme elles le font par ceux-là mêmes que nous tenions en haute estime, comme les garants des intérêts de la classe pauvre", martèle Amcu, dans une allusion au gouvernement sud-africain.

Le pouvoir, qui craignait qu'une grève prolongée ne freine la croissance et l'activité dans le pays, avait appelé Amcu dès le début du mouvement à mener une grève "courte".

Les mines sont quasiment à l'arrêt depuis un mois et les trois leaders mondiaux du platine estiment leurs pertes cumulées à 4,4 milliards de rands (290 millions d'euros).

Environ 80.000 mineurs de platine suivent le mouvement, relativement pacifique mais qui a quand même fait un mort dans des heurts avec la police à Union mine, un site d'Amplats.

Amcu est devenu le syndicat majoritaire dans le secteur du platine après les tragiques événements de la mine de Marinaka (Lonmin) en août 2012. Le syndicat y avait alors organisé une grève sauvage, et 34 mineurs avaient été abattus par la police lors d'une fusillade qui a durablement choqué le pays.

Petit syndicat radical, Amcu a pour la première fois détrôné le puissance syndicat historique des mines, le NUM, proche de l'ANC et membre de la coalition au pouvoir. Les mineurs reprochent au NUM ses compromissions avec le gouvernement et le patronat. Les affrontements entre membres des deux syndicats ont fait plusieurs morts depuis deux ans.

 

 

AFP

Ses derniers articles: Mali: 6 morts dans l'attaque d'un groupe touareg par des jihadistes présumés  Dans les townships du Cap, le quotidien de la guerre des gangs  Le Caire et Moscou signent un contrat pour la première centrale nucléaire égyptienne 

Afrique

AFP

Près de 6.000 jihadistes de l'EI pourraient revenir en Afrique

Près de 6.000 jihadistes de l'EI pourraient revenir en Afrique

AFP

Afrique du Sud: la nomination du procureur général, proche de Zuma, annulée

Afrique du Sud: la nomination du procureur général, proche de Zuma, annulée

AFP

Dépistage Sida: une personne sur deux en Afrique ne connaît pas son statut

Dépistage Sida: une personne sur deux en Afrique ne connaît pas son statut

AMCU

AFP

Afrique du Sud: la grève du platine peut durer un mois, menace le syndicat Amcu

Afrique du Sud: la grève du platine peut durer un mois, menace le syndicat Amcu

Afrique du Sud

Rustenburg, ce Marikana qui n'en finit pas

Rustenburg, ce Marikana qui n'en finit pas