mis à jour le

Le Bénin accueille le premier musée d'art contemporain d'Afrique

La petite ville côtière de Ouidah, au Bénin est tristement célèbre pour avoir été un des grands centres africains d'embarquement d'esclaves vers l'Amérique. Elle accueille aujourd'hui le premier musée d'art contemporain d'Afrique, une fierté pour les artistes du continent, comme une revanche de l'art sur l'histoire. 

Quatorze grands artistes africains sont exposés dans la majestueuse villa Ajavon, inaugurée en novembre, en plein coeur de cette bourgade d'à peine 60.000 habitants, à une quarantaine de kilomètres de Cotonou. Déjà présents pour la plupart dans les plus prestigieux musées d'Europe et d'Amérique, ils sont très rarement montrés en Afrique. 

Ce pari audacieux est celui de la Fondation Zinsou, créée en 2005 par la très dynamique et volontaire Marie-Cécile Zinsou, avec l'appui financier de son père, Lionel Zinsou. Ce franco-béninois, normalien et économiste, est à la tête du fonds d'investissement PAI Partners, à Paris, après être passé par le cabinet de Laurent Fabius à Matignon et la Banque Rothschild notamment.

 

 - Les enfants au musée - 

 

Lors d'une mission au Bénin pour l'ONG SOS village d'enfants, sa fille Marie-Cécile avait voulu emmener les enfants au musée.

"J'ai découvert qu'il n'y avait aucune structure pour leur montrer des ½uvres de leur continent aujourd'hui", dit Marie-Cécile Zinsou, petite-nièce d'un des premiers présidents béninois, Emile-Derlin Zinsou. 

La Fondation Zinsou a d'abord créé un réseau de mini-bibliothèques et un espace d'exposition à Cotonou dont l'accès est gratuit.

En huit ans, la fondation a accueilli quatre millions de visiteurs, dont une majorité a moins de 15 ans, à Cotonou, avec des expositions de grande qualité d'artistes béninois et étrangers, dont le peintre pop américain d'origine haïtienne Jean-Michel Basquiat, en 2007 --une première sur le continent africain.

Parallèlement, la fondation a acquis une collection d'oeuvres et s'est mise en quête d'un lieu dans le but de créer un premier musée entièrement dédié à l'art contemporain africain du continent.

C'est la villa Ajavon, construite en 1922 par un riche commerçant d'origine togolaise, véritable trésor d'architecture afro-brésilienne, qui a guidé les pas de la fondation Zinsou vers Ouidah, pour y installer son musée.

"Quand on a su que cette maison sublime était libre, on a sauté sur l'occasion", raconte Marie-Cécile Zinsou, présidente de la fondation. "Il s'agit d'un style symbolique, très spécifique de cette région: ce sont les descendants d'esclaves qui sont revenus de Bahia et ont créé cette architecture à partir de leurs souvenirs d'Afrique et de leurs influences brésiliennes" explique-t-elle.

L'imposante bâtisse à étage est située au bout d'une route en terre battue bordée d'échoppes et de vieilles maisons au charme suranné, à quelques centaines de mètres de la basilique et du temple des pythons, un des hauts lieux du culte vaudou.

Au moment de la rénovation, le souci premier de la fondation Zinsou a été d'être le plus fidèle possible à la maison d'origine.

 

- Créer un public d'amateurs d'art -

 

Pas de climatisation, donc, dans le bâtiment principal, pour ne pas défigurer la façade. On est loin de la température très contrôlée de 22 degrés et 50% d'humidité que la fondation maintient dans sa salle d'exposition de Cotonou.

Ici, à Ouidah, l'air circule à travers les fenêtres, dans les coursives baignées de soleil, qui donnent sur des pièces en enfilade où sont exposées les oeuvres de l'Ivoirien Frédéric Bruly-Bouabré, du Congolais Chéri Samba, et de l'Ethiopien Mickaël Bethe-Sélassié, notamment.

Y figurent également plusieurs artistes béninois, dont Romuald Hazoumé, dont les "masques bidons" ont fait le tour du monde, Cyprien Tokoudagba, Aston et Kifouli Dossou.

Seules les photographies en noir et blanc des Maliens Malick Sidibé et Seydou Keita ont été placées dans une annexe climatisée, à l'abri de la lumière du jour.

Du haut de ses huit ans, Achmine Atindéhou, qui vient au musée pour la deuxième fois, a déjà des goûts très affirmés.

"J'aime le dessin 'Mémoire vive' (de l'artiste britannique d'origine sud-africaine Bruce Clarke), parce que c'est joli. Ca parle de la mort", dit-elle très simplement.

Une de ses amies du même âge dit préférer les autoportraits colorés du photographe Camerouno-Nigérian Samuel Fosso. 

En accueillant les classes et en laissant gratuit l'accès au musée, l'objectif est de créer un public d'amateur d'art contemporain: ces enfants, qui viennent souvent avec leur classe puis reviennent tout seuls, finissent ensuite par prendre l'initiative d'emmener leurs parents, se réjouit Claude Akotomé, le responsable du musée.

En trois mois, le musée de Ouidah a attiré environ 13.000 visiteurs, des Béninois en majorité, mais aussi quelques touristes des touristes du Togo et du Nigeria voisin, et même de France, d'Angleterre ou des Etats-Unis.

Pour l'artiste Romuald Hazoumé, dont les oeuvres sont exposées à Londres, Paris et New York, c'est une fierté immense d'être enfin montré dans un musée de son pays.

Il se souvient avec émotion de sa première exposition à la Fondation Zinsou.

"C'était la première fois que je voyais des gamins béninois venir admirer mes travaux,  j'ai pleuré ce jour-là, j'étais tellement ému!" raconte-t-il.

AFP

Ses derniers articles: Centre du Mali: une vingtaine, voire une quarantaine de morts, dans de nouvelles attaques  Bissau: élection présidentielle en novembre  Algérie: le chef de l'armée met en garde contre une destruction des fondements de l'Etat 

Bénin

AFP

"Violences extrêmes" entre forces de sécurité et manifestants dans le centre du Bénin (témoins)

"Violences extrêmes" entre forces de sécurité et manifestants dans le centre du Bénin (témoins)

AFP

Le Bénin pleure la mort du guide Fiacre Gbédji, "une perte énorme pour le pays"

Le Bénin pleure la mort du guide Fiacre Gbédji, "une perte énorme pour le pays"

AFP

Bénin : retour au calme

Bénin : retour au calme

musée

AFP

Ghana: l'art contemporain a le vent en poupe, bientôt un musée national?

Ghana: l'art contemporain a le vent en poupe, bientôt un musée national?

AFP

La Belgique rouvre son musée de l'Afrique, hanté par le colonialisme

La Belgique rouvre son musée de l'Afrique, hanté par le colonialisme

AFP

De Toumaï

De Toumaï