mis à jour le

Une vue du port de Douala, Cameroun. / AFP
Une vue du port de Douala, Cameroun. / AFP

La crise centrafricaine coûte cher au Cameroun

Plus de 6 millions d'euros de pertes, pour le Cameroun, par mois depuis que le début des violences en Centrafrique.

Les échanges commerciaux entre le Cameroun et la Centrafrique tournent au ralenti depuis presque un an. La crise sociopolitique en RCA a généré des pertes considérables, comme le souligne le coordinateur du Bureau de gestion du fret terrestre (BGFT) du Cameroun, el Hadj Oumarou, sur le site Cameroun 24. Il estime à 3,7 milliards de francs CFA par mois (envion 6 millions d'euros), relate le site Cameroun 24.

Le port de Douala, la capitale économique du Cameroun, est la principale voie pour les exportations de la République centrafricaine. Avant le coup d'Etat de Michel Djotodia, en mars 2013, la route commerciale entre les deux pays voyait transiter plus de 1.300 camions par an, aujourd’hui la plupart d’entre eux sont immobilisés aux frontières. Une situation onéreuse puisque l’immobilisation d’un véhicule de cette taille coûte 1.000.000 Francs CFA par jour (1500 euros). Un manque à gagner qui affecte les chauffeurs qui ne peuvent plus se rendre en Centrafrique, rapporte le site Africa Diligence.

«Nous sommes ici depuis plus de deux mois, car les informations qui proviennent de la Centrafrique ne sont pas rassurantes. Malgré le retour du pouvoir aux civils, les actes de tuerie, violence et de pillage n’ayant pas cessé, nous sommes obligés de ne plus continuer», explique l’un des chauffeurs.

De l’autre côté de la frontière, en effet, les violences et les pertes en vies humaines à Bangui ne cessent de s’alourdir.

Lu sur Cameroun 24 et Africa Diligence

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Cameroun

AFP

Au Cameroun anglophone, des francophones inquiets de la crise sécessionniste

Au Cameroun anglophone, des francophones inquiets de la crise sécessionniste

AFP

Au Cameroun anglophone, une insurrection en train de "prendre corps"

Au Cameroun anglophone, une insurrection en train de "prendre corps"

AFP

A Bamenda l'anglophone, on veut quitter la maison Cameroun "sans dire au revoir"

A Bamenda l'anglophone, on veut quitter la maison Cameroun "sans dire au revoir"

crise en Centrafrique

Chaos

Avant, la Centrafrique était une nation paisible. Mais ça, c'était avant.

Avant, la Centrafrique était une nation paisible. Mais ça, c'était avant.

Centrafrique

Pourquoi la Centrafrique suspend l'utilisation des SMS

Pourquoi la Centrafrique suspend l'utilisation des SMS

Centrafrique

Situation toujours tendue à Bangui

Situation toujours tendue à Bangui

échanges commerciaux

Afrique subsaharienne

Il faut soutenir la croissance africaine

Il faut soutenir la croissance africaine

Tribune

L'Europe freine la croissance de la Tunisie

L'Europe freine la croissance de la Tunisie