mis à jour le

Abdelaziz Bouteflika, avril 2013. REUTERS/Louafi Larbi
Abdelaziz Bouteflika, avril 2013. REUTERS/Louafi Larbi

Algérie: ceux qui rêvent de succéder à Bouteflika «auront le vertige»

Un de ses proches affirme qu'il est le seul à pouvoir diriger l'Algérie.

C'est une certitude. Abdelaziz Bouteflika va annoncer dans les jours à venir sa candidature à l'élection présidentielle et surprendra tous ses adversaires. C'est Amar Ghoul, le ministre des Transports algérien, qui le dit et affirme.

«Tous ceux qui rêvent de prendre la place de Bouteflika et polémiquent sur son état de santé, auront le vertige prochainement», a-t-il déclaré, sur un ton moqueur, en marge de la clôture de la deuxième conférence nationale des cadres de son parti le TAJ,  organisée à l'hôtel El Ryadh de Sidi-Fredj. 

Pour Amar Ghoul, il n'y aucun doute: c'est Abdelaziz Bouteflika qui remportera haut la main le scrutin du 17 avril prochain. «Le seul homme qui peut diriger le pays et faire face aux menaces intérieures et extérieures, n'est autre que le président actuel», a assuré encore Amar Ghoul. Confiant et sûr de lui-même, le ministre des Transports a tout de même désavoué les propos accusateurs lancés par le patron du FLN, Amar Saïdani, à l'encontre du patron du DRS, le Général Toufik. 

«Nul ne peut déstabiliser notre armée qui a su faire face à tous les dangers. Nul n'a le droit de s'attaquer à la plus puissante institution du pays. Nous refusons de revivre la terreur des années de braise», a-t-il averti en dernier lieu.

Lire la suite sur Algérie Focus

Bouteflika

AFP

Algérie: Bouteflika exhorte la presse

Algérie: Bouteflika exhorte la presse

AFP

Algérie: le président Bouteflika a reçu le Premier ministre russe

Algérie: le président Bouteflika a reçu le Premier ministre russe

AFP

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

politique

AFP

"L'Etat n'existe pas": un responsable protestant entre

"L'Etat n'existe pas": un responsable protestant entre

AFP

En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes

En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes

AFP

Libye: pour le maréchal Haftar, l'accord politique libyen a expiré

Libye: pour le maréchal Haftar, l'accord politique libyen a expiré

présidentielle algérienne

Abdelaziz Bouteflika

Reste à savoir comment il va prêter serment

Reste à savoir comment il va prêter serment

présidentielle algérienne

Et c'est reparti pour cinq ans (en théorie)

Et c'est reparti pour cinq ans (en théorie)

Algérie

Le non-printemps algérien

Le non-printemps algérien