mis à jour le

RDC: les creuseurs de Kamatanda s'accrochent

"Nous sommes sur la terre de nos ancêtres. La richesse nous appartient. Si quelqu'un vient nous chasser, nous allons nous battre avec la dernière énergie", lancent des mineurs congolais.

A la mine de Kamatanda vendredi, le chef de la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco), Martin Kobler, est accueilli par des slogans guerriers chantés en swahili, langue parlée au Katanga (sud-est de la RDC).

A l'arrivée de son convoi d'une quinzaine de 4x4, les quelque 400 mineurs artisanaux présents sur place ont pris le diplomate allemand pour un de ces hommes d'affaires qui s'intéressent aux deux kilomètres carrés de terrain qu'ils exploitent illégalement (avec la bienveillance des autorités) pour le racheter et les en déloger.

L'homme a de l'entregent. Il a tôt fait d'entamer le dialogue avec ces êtres en haillons. "Je suis venu pour me rendre compte des conditions de vie des mineurs artisanaux", leur explique-t-il.

Quand il déclare que "le Katanga c'est une province extrêmement riche et [que] cette richesse doit profiter à toute la population", c'est l'ovation.

Munis de barres à mine, de pioches, de pelles, de lampes frontales mais sans casque, les ouvriers expliquent leurs conditions de vie.

Ils sont âgés de 15 à 40 ans environ, mais un journaliste de l'AFP, arrivé sur les lieux avant M. Kobler a pu voir des policiers chasser de jeunes enfants affectés habituellement au transport du cuivre et du cobalt extraits du sous-sol et à son lavage dans le cours d'eau voisin.

Située près de la ville minière de Likasi, à 120 km au nord-ouest de Lubumbashi, la capitale du Katanga, Kamatanda avait été le théâtre de heurts meurtriers en 2008, lorsque les autorités avaient délogés les mineurs, avant de les laisser revenir.

Quelques mois plus tard, deux ouvriers avaient trouvé la mort dans l'éboulement d'une galerie. Pendant la saison sèche, on peut compter jusqu'à 2.000 travailleurs sur le terrain.

Là, c'est la saison humide, plus dangereuse avec ses risques d'éboulement dans les galeries creusées à la main, jusqu'à cinquante mètres de profondeur, et l'affluence est moindre.

 

Quatre dollars

Un mineur explique que depuis le début de l'année, ils sortent chaque jour 8 tonnes de minerais, vendues en moyenne à 200 dollars la tonne à des commissionnaires chinois, congolais ou libanais.

Chacun repart le soir en moyenne avec quatre dollars pour fruit de son labeur. Mais il aura dû laisser au début de la journée plus d'un demi dollar à des agents publics ou syndicaux pour pouvoir accéder à son lieu de travail.

Le cours du cuivre s'établissait vendredi aux alentours de 7.000 dollars la tonne ; celui du cobalt était environ deux fois plus élevé.

Un creuseur dit être content de voir "pour la première fois" quelqu'un de la Monusco s'intéresser à sa vie.

Dans son costume gris, M. Kobler explique que "l'ONU est très préoccupée par les conditions sociales des creuseurs ici au Katanga et dans d'autres régions du pays ou des jeunes rejoignent des groupes armés au lieu d'aller a l'école".

Selon une source à la Monusco, les mineurs artisanaux illégaux, qui sont légions au Katanga, région au sous-sol extrêmement riche, avec leurs conditions de vie misérables, sont un bassin de recrues très importants pour les Bakata Katanga, groupes armés sécessionnistes.

M. Kobler devait se rendre samedi et dimanche dans le centre-est du Katanga, foyer des Bakata Katanga, où l'ONU recense aujourd'hui des dizaines de milliers de déplacés démunis de tout.

Des mineurs de Kamatanda lui demandent d'intervenir auprès de la Gécamines, la compagnie minière publique propriétaire du terrain, pour qu'elle abandonne ses projets d'expulsion. D'autres souhaitent qu'il les dote en pompes afin d'évacuer l'eau qui inonde les galeries au fond de certains puits.

Mais l'homme providentiel ne viendra pas pour eux aujourd'hui. "La Monusco ne peut pas résoudre tous les problèmes du pays", leur répond-il, "c'est le gouvernement qui est le premier responsable".

 

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: la famine menace alors que l'argent des humanitaires s'épuise  Maroc: les critiques se multiplient contre la "répression" dans le nord  Coupe des Confédérations: Achille le chat remplace Paul le Poulpe 

mine

AFP

En Afrique du Sud, quand la mine ferme...

En Afrique du Sud, quand la mine ferme...

Gold rush

Une ruée vers l'or enfièvre l'est du Sénégal

Une ruée vers l'or enfièvre l'est du Sénégal

AFP

Tanzanie: au moins 14 mineurs coincés dans une mine d'or après un effondrement

Tanzanie: au moins 14 mineurs coincés dans une mine d'or après un effondrement