mis à jour le

Soudan du Sud: la situation sanitaire dans un camp de Juba est une bombe

La situation sanitaire dans le plus grand de camp déplacés de la capitale sud-soudanaise, où s'entassent 27.000 personnes chassées de chez elles par le conflit en cours, est une "bombe à retardement", a averti jeudi l'ONG Médecins Sans Frontières (MSF).

Le camp de Tongping a poussé à l'intérieur d'une base de l'ONU proche de l'aéroport, où sont venus chercher protection des milliers de civils terrifiés lorsque les combats ont éclaté le 15 décembre à Juba entre factions rivales de l'armée.

"Le nombre de personnes décédant chaque jour est au-delà du seuil d'urgence", a déclaré le coordinateur d'urgence de MSF à Juba, Forbes Sharp, cité dans un communiqué.

"Il n'y a en réalité qu'une façon de décrire Tomping: extraordinairement surpeuplé", a-t-il ajouté: "il est évident que cette enceinte n'a jamais été conçue pour être un camp de déplacés, ni pour accueillir un tel nombre de gens. Au mieux, elle pourrait héberger 4 à 5.000 personnes et désormais plus de 27.000 s'y entassent dans une chaleur extrême".

M. Sharp a averti que "d'un point de vue de santé publique, un tel entassement est un bombe à retardement", car le surpeuplement chronique et les conditions sanitaires inadéquates permettent aux maladies contagieuses de se propager rapidement.

Outre les diarrhées, les infections respiratoires et le paludisme, MSF a constaté une multiplication des cas de rougeole, maladie virale extrêmement contagieuse touchant surtout les enfants et dont les complications sont potentiellement mortelles, particulièrement chez les sujets déjà affaiblis par la malnutrition.

"La rougeole dans un camp c'est alarmant, car cela touche les jeunes enfants, se répand rapidement et peut tuer", rappelle MSF.

Le conflit entre l'armée sud-soudanaise, loyale au président Salva Kiir, et des troupes fidèles à son ancien vice-président Riek Machar, a éclaté le 15 décembre à Juba, avant de se propager dans le pays. Aux combats entre troupes rivales, se sont ajoutés des massacres ethniques entre communautés Dinka et Nuer, dont sont respectivement issus MM. Kiir et Machar.

Le conflit a fait plusieurs milliers de morts - jusqu'à 10.000 estiment des sources humanitaires - et a chassé de chez elles près de 900.000 personnes.

Un cessez-le-feu a été signé le 23 janvier, mais peine à se traduire dans les faits. A Juba, sous contrôle de l'armée gouvernementale, les combats ont cessé dès le 18 décembre, mais les déplacés refusent toujours de quitter la protection de l'ONU, craignant notamment d'être pris pour cibles en raison de leur appartenance ethnique.

 

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: le président Buhari annule le conseil des ministres  L'Angola vote pour choisir un successeur au président dos Santos  L'Angola vote pour choisir un successeur au président dos Santos 

bombe

Santé

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

AFP

Somalie: au moins trois militaires tués en désamorçant une bombe

Somalie: au moins trois militaires tués en désamorçant une bombe

AFP

Le Caire: 25 morts dans l'attentat

Le Caire: 25 morts dans l'attentat

camp

AFP

Mali: tirs contre un camp de l'ONU, deux militaires blessés, deux assaillants tués

Mali: tirs contre un camp de l'ONU, deux militaires blessés, deux assaillants tués

AFP

L'ONU dénonce une "fouille illégale" de l'armée dans un camp du Nigeria

L'ONU dénonce une "fouille illégale" de l'armée dans un camp du Nigeria

AFP

Nigeria: l'ONU dénonce une "fouille illégale" dans son camp de base

Nigeria: l'ONU dénonce une "fouille illégale" dans son camp de base

Juba

AFP

Soudan du Sud: l'ex-chef de l'armée de retour

Soudan du Sud: l'ex-chef de l'armée de retour

AFP

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

AFP

Soudan du Sud: Juba accepte le déploiement de Casques bleus supplémentaires

Soudan du Sud: Juba accepte le déploiement de Casques bleus supplémentaires