mis à jour le

De Mantes-la-Jolie

Ses élèves lui manquent déjà mais elle n'a pas le choix, son pays natal, la Centrafrique, a besoin d'elle: à 48 ans Gisèle Bedan, assistante d'éducation dans un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines) est devenue ministre de l'Education nationale du nouveau gouvernement de transition.

L'agenda de "madame la ministre" est déjà très serré : il y a tant de choses à régler et de valises à boucler avant de s'envoler pour la Centrafrique où sa nouvelle mission l'attend. "J'ai eu des maux de tête effroyables, je suis trop émue", confiait-elle au téléphone, après la fête donnée jeudi en son honneur au lycée Jean-Rostand.

Cette élégante mère de famille, recrutée en septembre par Pôle emploi pour animer une maison des lycéens, n'en revient toujours pas, depuis que la présidente centrafricaine, Catherine Samba Panza, élue le 21 janvier lui a annoncé la nouvelle dans un email. 

"Je n'avais rien demandé, mais c'est peut-être le bon moment d'apporter ma pierre à l'édifice", estime Mme Bedan, partagée depuis ses deux ans entre la Centrafrique et la France, où elle est résidente. 

Inconnue en France, cette femme humble et abordable est une personnalité influente en Centrafrique. Née à Bangui d'une mère enseignante et d'un père diplomate, elle a fondé en 1996 un établissement scolaire privé "à moindre coût" accueillant 980 élèves dans la capitale, et qu'elle dirige toujours. "J'ai osé cet établissement et j'ai tenu bon, cela n'a pas été facile", raconte celle qui a fait de la lutte contre l'opacité dans l'attribution des diplômes un cheval de bataille.

 

"Changer le regard des jeunes sur eux-mêmes"

 

Lorsque la situation du pays a dégénéré l'an dernier, Gisèle Bedan a prolongé son séjour en France et s'est mise en quête d'un job dans l'éducation, pour ne pas attendre "sans bouger". "Comme beaucoup", elle a connu les refus, jusqu'à ce que son CV arrive enfin sur le bureau de la proviseur.

Dès leur rencontre, les deux femmes ont été sur la même longueur d'ondes. "Aider des élèves en manque de repères, leur apprendre le respect et lever les a priori, c'était un défi pour moi", assure l'ex-assistante, qui voulait "changer le regard des jeunes sur eux-mêmes et leur établissement".

Au lycée, elle s'est d'ailleurs illustrée pour son franc-parler à l'adresse de certains élèves, pas toujours commodes, quitte à les bousculer : "elle leur disait que retirer les casquettes et les capuches, c'était déjà une façon de se former à demain", relate la proviseur, Meryem Karbiche, impressionnée par cette recrue "qui n'a pas eu peur de se retrousser les manches" dans un lycée "où tout paraît difficile".

"Sa nomination comme ministre, je ne suis pas étonnée ! C'est une grande dame, avec une grande classe, qui voit grand pour nos jeunes !", s'exclame-t-elle.

A l'instar de Gisèle Bedan, une conseillère municipale de Bussy-Saint-Georges (Seine-et- Marne) a été appelée à rejoindre le gouvernement de transition en tant que ministre de la Communication, alors que la Centrafrique est en proie à des violences inter-religieuses et à une crise humanitaire sans précédent.

A quelques jours de son départ, la ministre, "meurtrie" par la guerre dans son pays, n'a pas encore de feuille de route ministérielle. Mais une priorité l'obsède : "il faut que la paix et la sécurité reviennent, pour que les enfants reprennent le chemin de l'école".

 

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel 

lycée

AFP

Afrique du Sud: un lycée contraint de suspendre un règlement anti-coupes afro

Afrique du Sud: un lycée contraint de suspendre un règlement anti-coupes afro

AFP

Nigeria: reconstruire le lycée de Chibok, sinon Boko Haram aura "gagné"

Nigeria: reconstruire le lycée de Chibok, sinon Boko Haram aura "gagné"

AFP

Onze ans après le pillage, réouverture du lycée français d'Abidjan

Onze ans après le pillage, réouverture du lycée français d'Abidjan

Mantes-la-Jolie

diaspora

Les Sahraouis de France continuent leur combat

Les Sahraouis de France continuent leur combat