mis à jour le

Algérie: les autorités vendent du rêve aux populations

Objectif: faire passer la pilule d'une candidature à un quatrième mandat pour Bouteflika.

Pour réussir à faire passer sa pilule d'un quatrième mandat présidentiel pour Abdelaziz Bouteflika, le gouvernement est prêt à tout, jusqu'à vendre du rêve aux Algériens. A commencer par des promesses de loger des centaines de milliers, voire des millions d'Algériens.

Alors que la politique du logement a échoué depuis l'arrivée de Abdelaziz Bouteflika au pouvoir en 1999, voilà que le gouvernement de Abdelmalek Sellal tente de tout remettre à plat de créer un exploit en promettant de construire des dizaines de milliers de logements en l'espace de deux années. Le plan qui a démarré en 2012 prévoit de construire au minimum 230 000 logements de type AAD, des milliers d'unités de type LPP et des centaines de milliers d'apparemment entrant dans le cadre du logement social. Un défi qu'aucun Etat, y compris les plus développés, n'a réussi à relever. Un exploit en soi pour un pays dont les capacités de réalisation ne dépasse jamais les 80000 unités/an. Et encore ! Puisque certains experts estiment que les capacités de réalisations ne peuvent excéder 25000 logements par année.

Pour mieux faire passer le mensonge, le gouvernement, représenté par le ministre de l'Habitat, Abdelmadjid Tebboune, a conclu des accords avec des sociétés occidentales. Un mirage en soi. Puisque si des Portugais et les Espagnols ont effectivement une expérience dans le domaine des réalisations des logements, ils n'auront pas suffisamment de quotas à réaliser. Autrement dit, la contribution de ces entreprises sera précieuse. Mais elles ne pourront jamais combler le vide dont souffre l'Algérie en la matière.

Il est donc évident que les autorités n'ont d'autres soucis que de promettre un maximum de choses aux Algériens en vue de bien s'assurer, au moins, d'une participation honorable à l'élection présidentielle. Preuve en est que même dans le projet de Logement promotionnel public, les autorités ont accepté de nouvelles concessions ; les souscripteurs ne devront pays, en fin de compte, que 550 000 DA au lieu de 1 million de dinars prévu initialement. Et  cela n'a pas l'air de se terminer. Les autorités vont certainement faire de nouvelles promesses. Le but étant de passer « des présidentielles calmes ». Un calme qui précède la tempête.

 

Essaïd Wakli

The post Algérie : des promesses de logements en contrepartie de bulletins de vote ? appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

politique

AFP

Rwanda: Kagame, l'ouverture politique

Rwanda: Kagame, l'ouverture politique

AFP

Algérie: les acteurs de la crise politique

Algérie: les acteurs de la crise politique

AFP

Les Bissau-Guinéens élisent leurs députés pour solder une interminable crise politique

Les Bissau-Guinéens élisent leurs députés pour solder une interminable crise politique

Bouteflika

AFP

Algérie: démission d'un ex-proche de Bouteflika visé par la constestation

Algérie: démission d'un ex-proche de Bouteflika visé par la constestation

AFP

Algérie: démission d'un ex-proche de Bouteflika visé par la constestation

Algérie: démission d'un ex-proche de Bouteflika visé par la constestation

AFP

Bouteflika tombé, reste sa Grande mosquée d'Alger encore inachevée

Bouteflika tombé, reste sa Grande mosquée d'Alger encore inachevée

Algérie

AFP

A Paris, la diaspora algérienne se rêve en pont entre Algérie et France

A Paris, la diaspora algérienne se rêve en pont entre Algérie et France

AFP

Des journalistes arrêtés en Algérie lors d'un rassemblement contre la censure

Des journalistes arrêtés en Algérie lors d'un rassemblement contre la censure

AFP

Présidentielle en Algérie le 18 avril, avec une inconnue: Bouteflika sera-t-il candidat?

Présidentielle en Algérie le 18 avril, avec une inconnue: Bouteflika sera-t-il candidat?