mis à jour le

Mozambique: la Renamo accepte de participer aux élections générales

La Renamo, le principal parti d'opposition au Mozambique, dont des militants armés affrontent sporadiquement les forces de l'ordre depuis plusieurs mois, va tout de même participer aux élections générales d'octobre prochain, a indiqué un responsable jeudi.

"Nous allons nous enregistrer" pour les élections, a laconiquement déclaré à l'AFP Saimon Macuiane, chef-négociateur de la Renamo.

Le gouvernement mozambicain avait fait savoir mercredi soir qu'il retardait de deux semaines la mise à jour des listes électorales "à cause d'une requête de la Renamo (...) afin qu'elle puisse mieux se préparer au processus des élections générales et présidentielle, ainsi qu'aux provinciales".

La Renamo, qui a recommencé à discuter lundi avec les autorités, est une ancienne guérilla antimarxiste reconvertie en mouvement d'opposition, après la fin de la guerre civile mozambicaine qui a fait un million de morts entre 1977 et 1992.

Le mouvement, qui perd du terrain à chaque élection depuis le retour de la paix, a repris les armes ces derniers mois. 

Il demande notamment à être représenté à parité dans la commission électorale nationale et veut que ses vétérans soient intégrés dans l'armée nationale. 

Il accuse aussi le Frelimo, le parti au pouvoir depuis l'indépendance du Mozambique en 1975, d'accaparer l'appareil d'Etat et de s'enrichir grâce aux revenus des vastes gisements de charbon exploités depuis peu dans le nord-ouest du pays.

Succédant à des échauffourées isolées, des affrontements plus sérieux mais encore sporadiques opposent guérilleros de la Renamo et forces de l'ordre dans la province centrale de Sofala, à la suite d'une offensive gouvernementale, fin octobre, contre deux bases du mouvement où s'était retranché son leader historique, Afonso Dhlakama. Celui-ci --dont le score aux élections avait chuté de 47% en 1999 à 16% en 2009-- est depuis en fuite.

Des automobilistes ont été attaqués sur la grande route qui relie le nord au sud du Mozambique, et des échauffourées ont eu lieu depuis quelques semaines dans la province touristique d'Inhambane (sud).

La Renamo avait boycotté les municipales de novembre 2013, au grand bénéfice du Mouvement démocratique du Mozambique (MDM), une autre formation d'opposition qui n'a pourtant pas mis en péril l'hégémonie du Frelimo.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices  Nigeria: l'armée en guerre contre les raffineries illégales  Au Zimbabwe, l'opposition s'unit en rêvant de faire tomber Mugabe 

élections

AFP

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

AFP

RDC: Kinshasa veut financer les élections avec des ressources "internes"

RDC: Kinshasa veut financer les élections avec des ressources "internes"

AFP

Gambie: législatives jeudi, premières élections post-Jammeh

Gambie: législatives jeudi, premières élections post-Jammeh