mis à jour le

Un vendeur de hot-dogs américain de St Lois aux États-Unis, REUTERS / Jeff Haynes
Un vendeur de hot-dogs américain de St Lois aux États-Unis, REUTERS / Jeff Haynes

Zimbabwe: quand les fast-foods se disputent Harare

La capitale zimbabwéenne est devenue le terrain de jeu des différentes chaînes de restauration rapide qui se disputent le marché.

Malgré les difficultés économiques du Zimbabwe, la concurrence dans la restauration rapide s'intensifie à Harare. D’après le site The Standard, les nouveaux acteurs de ce secteur redoublent d’imagination pour attirer le  plus de clientèle possible.

Tous les moyens sont bons pour avoir le plus de clients et les restaurateurs zimbabwéens l’ont bien compris. Face à la recrudescence de fast-foods dans la capitale, les différents groupes de ce secteur adoptent des stratégies innovantes pour se démarquer. Ils s’aventurent sur des terrains inexplorés en Afrique et favorisent une fixation de prix très compétitifs, à l’image de la filiale Innscor qui s’est lancée l’année dernière dans la vente de fruits de mer sous l’enseigne de Fish Inn.

«Notre gamme de produits a été très bien accueillie par le marché, mais nous ne sommes pas libres de divulguer les chiffres de cette opération, c'est une information confidentielle», a déclaré Takawira Tawengwa le directeur général Fish Inn.

Certaines entreprises misent aussi sur d’autres domaines pour augementer leurs bénéfices. Innscor a décidé de s’appuyer sur l’avantage numérique qu’elle possède déjà dans la capitale zimbabwéenne. Avec plus de 25 succursales à Harare, la compagnie cible désormais les zones où la population est plus dense. Tout comme Chicken Slice qui compte encercler Harare en y installant plusieurs établissements. Une concurrence accrue qui maintient la pérennité du secteur, selon Tawanda Mutyebere le directeur de Chicken Slice.

«Ce business n'est pas facile, mais la concurrence que connaît actuellement le marché est bonne pour le secteur. Sans concurrence, les fournisseurs de services ont tendance à se détendre donc j'aime la compétition.»

Cependant, tous les restaurateurs ne se remplissent pas les poches avec les fast-foods. Nombreux sont ceux qui se sont cassé les dents et qui n’ont pas survécu à ce climat très compétitif. Le dernier en date, TN Grill a été contraint de fermer certaines de ses succursales à Harare, faute de rentabilité.

Lu sur The Standard

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

concurrence

AFP

Au Nigeria, le monde du textile se plaint de la concurrence des Chinois

Au Nigeria, le monde du textile se plaint de la concurrence des Chinois

[email protected] (Author Name)

Télécoms: Tunisiana se plaint d'être plus

Télécoms: Tunisiana se plaint d'être plus

Ahmed Bellasri - Lemag

Vodafone entre en concurrence pour l'acquisition de Maroc Telecom

Vodafone entre en concurrence pour l'acquisition de Maroc Telecom

fast-food

Santé

L'Egypte est le pays le plus touché par l'obésité en Afrique

L'Egypte est le pays le plus touché par l'obésité en Afrique

Way of life

Le pot de poulet frit de KFC, nouvel index pour mesurer la valeur des monnaies en Afrique

Le pot de poulet frit de KFC, nouvel index pour mesurer la valeur des monnaies en Afrique

Fast-food

Nous voulons des hamburgers bien de chez nous

Nous voulons des hamburgers bien de chez nous

Harare

AFP

Harare assure que son ambassadrice en Australie n'a rien

Harare assure que son ambassadrice en Australie n'a rien

Braconnage

Leurs cornes sont les nouveaux diamants de sang

Leurs cornes sont les nouveaux diamants de sang

Bien vivre

Evitez ces villes, si vous pouvez

Evitez ces villes, si vous pouvez