mis à jour le

Des partisans du parti Aam Aadmià New Delhi. REUTERS/Ahmad Masood
Des partisans du parti Aam Aadmià New Delhi. REUTERS/Ahmad Masood

La communauté africaine d'Inde cible d'attaques racistes

Comme pour trouver un exutoire aux conditions de vie difficile, les Indiens font la chasse aux ressortissants africains.

D'aucuns les appellent «Congolais». D’autres les surnomment «Habshi», un terme dérivé du mot «Abyssinie», l'ancien nom de l'Ethiopie. Certains vont même jusqu'à les comparer à des singes. A  Khirki, un quartier populaire du sud de New Delhi, les Africains sont devenus indésirables. Accusés de perturber la tranquillité du voisinage, les Nigérians, Ghanéens, Ougandais ou Camerounais qui habitent la capitale indienne cristallisent les ressentiments. Pour échapper à la vindicte populaire, ceux qui avaient un peu d’argent de côté, ont choisi de déménager rapporte un blog hébergé sur le site du Wall Street Journal.

Les premières tensions sont apparues, au cœur de l’automne, à près de 2.000 kilomètres de Delhi. Le 31 octobre 2013, un Nigérian soupçonné de tremper dans le trafic de drogue était retrouvé mort à Goa, dans le sud-ouest de la péninsule raconte un blogueur du New York Times. Sur les murs de la célèbre station balnéaire indienne, des affiches aux slogans vengeurs achevèrent de dissiper les doutes quant au mobile de l’assassinat:

«Nous voulons la paix à Goa. Dites non aux Nigérians, dites non aux drogues», pouvait-on lire aux quatre coins de la ville. Un mot d’ordre partagé par les autorités politiques du pays.

La polémique prend une dimension nationale après qu’un ministre du gouvernement dirigé par Manmohan Singh a comparé les Africains résidant en Inde à «un cancer», et qu’un autre, a annoncé être sur le point de les renvoyer chez eux. Mais c’est finalement le responsable de la Justice dans l’Etat de Delhi, Somnath Bharti, qui s'est chargé de traduire ces menaces en actes. Le 15 janvier 2014, ce membre du parti nationaliste Aam Aadmi, fait irruption dans le logement de plusieurs familles africaines de Khirki, accompagné d’un groupe d’hommes, afin d’exercer des contrôles inopinés. Des témoins racontent que les membres du raid ont procédé à des tests urinaires et sanguins sans mandat.

M. Bharti, qui affirme  avoir agi en réaction à des lettres d’habitants du quartier, fait l’objet d’une plainte du ministère de la police. Le site Internet de son parti, tente de justifier ses actes par une série de vidéos censées attester de la présence de drogue dans les logements qui ont été investis. Le leader du Aam Aadmi Party, Manish Sisodia, s’est aussi fendu d’un communiqué pour défendre M. Bharti:

«J’appelle les ressortissants africains à se conformer à la loi. Nous avons une tradition d’hospitalité, et nous devons faire le maximum pour que cela continue. Mais les habitants sont troublés, nous ne pouvons pas l’ignorer.»

D’après les chiffres officiels, 5.000 Africains vivent à Delhi. L’écrivain Nilanjana S. Roy rappelle dans une tribune publiée par le New York Times que «si les Indiens se sont installés sur le continent [africain] depuis le XVe siècle, la présence africaine en Inde est plus ancienne. Les Africains ont été amenés en Inde au cours du XIIIe siècle en tant qu’esclaves, mais aussi en tant que généraux, gardes, marchands ou artisans. Beaucoup sont restés. Aujourd’hui, plusieurs dizaines de milliers sont ici pour suivre leurs études, pour travailler dans la restauration, dans le textile ou dans d’autres industries.» Mais leur nombre pourrait baisser si les actes racistes ou hostiles à leur égard venaient à se multiplier.

Lu sur Times of India, The New York Times, The Wall Street Journal

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

Inde

Racisme

«Vous êtes vu comme un démon», raconte un étudiant africain en Inde

«Vous êtes vu comme un démon», raconte un étudiant africain en Inde

Racisme

Tapis rouge pour les dirigeants africains en Inde, mais les expatriés y endurent le racisme

Tapis rouge pour les dirigeants africains en Inde, mais les expatriés y endurent le racisme

Asmaa El Arabi

Viol collectif en Inde : les coupables condamnés

Viol collectif en Inde : les coupables condamnés

Noirs

Discrimination

Pourquoi y a-t-il si peu d’étudiants noirs dans les programmes pour surdoués aux États-Unis?

Pourquoi y a-t-il si peu d’étudiants noirs dans les programmes pour surdoués aux États-Unis?

AFP

Tollé en Afrique du Sud après un post sur Facebook comparant les Noirs

Tollé en Afrique du Sud après un post sur Facebook comparant les Noirs

AFP

Afrique du Sud: les fermiers noirs veulent bousculer les préjugés raciaux

Afrique du Sud: les fermiers noirs veulent bousculer les préjugés raciaux

racisme

Noir et blanc

Comment notre cerveau fabrique des préjugés

Comment notre cerveau fabrique des préjugés

Discrimination

Personne n'a à dire aux noirs comment coiffer leurs cheveux

Personne n'a à dire aux noirs comment coiffer leurs cheveux

Discrimination

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus