mis à jour le

Un gestionnaire de rats mozambicain dans la ville de Vilancoulos au Mozambique, REUTERS/Howard Burditt
Un gestionnaire de rats mozambicain dans la ville de Vilancoulos au Mozambique, REUTERS/Howard Burditt

Le Mozambique veut en finir avec les mines grâce à des rats géants

Le pays a déjà formé une petite armée de maîtres-rats pour détruire toutes ses mines antipersonnel d'ici la fin 2014.

C’est une petite armée de rats qui va aider le Mozambique à tenir l'un de ses engagements internationaux en matière de déminage. Formés par l’ONG belge Apopo, ils sont entraînés à flairer les explosifs dans les mines en associant leur odeur à des récompenses. Présents depuis 2006 sur le territoire, ces rats très actifs ont déjà nettoyé plus de 618 hectares, rappelle The Guardian.

Ils pèsent à peu près autant qu’un petit chat domestique et sont assez légers pour se déplacer sur un terrain miné sans les faire exploser. Les rats géants sont devenus les alliés indispensables des démineurs Mozambicains, qui supervisent leur travail à l’aide de détecteurs de métaux. Mais avant d’être opérationnels, ces rongeurs sont formés durant neuf mois par l’ONG belge.

«Les rongeurs apprennent vite et il est facile de travailler avec eux… Ces animaux peuvent inspecter 200 mètres carrés de terrain miné en 30 minutes là où un homme armé d'un détecteur de métal pourrait prendre jusqu'à trois jours pour faire le même travail», a déclaré lson Majanzota, chef de l'une des équipes de rat d’Apopo.

Si le Mozambique éradiquait toutes ces mines terrestres, il s'acquitterait de ses obligations en vertu du traité d'Ottawa, un accord signé en 1997 et entré en vigueur en mars 1999. En signant cet arrangement, Handicap International, rappelle que les pays signataires étaient tenus de détruire toutes les mines dans les 10 ans, mais le Mozambique a obtenu une prolongation de cinq ans en 2009. En décembre, le pays a demandé un autre délai de 10 mois, ce qui lui permettrait de terminer pour la Saint-Sylvestre 2014.

L'année dernière, Apopo a reçu un financement international de 4,5 millions de dollars (environ 3 millions d’euros) de divers donateurs. Selon Tesfazghi Tewelde, responsable du programme de déminage d’Apopo, le pays est en mesure de terminer l'opération de déminage, même s'il reste l’équivalent de 1.400 terrains de football à inspecter.

Le Mozambique a connu 16 ans de guerre civile entre 1977 et 1992. Bien que les combats ont cessé, des dizaines de milliers de mines terrestres abandonnées continuent de faire des victimes. Apopo a découvert et détruits près de 2.500 mines antipersonnel, plus de 14.000 pièces de munitions non explosées, des armes légères et des munitions. Ces opérations ont permis la restitution d'environ 2001 hectares à des communautés locales, explique le quotidien britannique.

Lu sur The Guardian et sur Handicap International

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

mines antipersonnel

reportage

Comment le Mozambique se débarrasse de ses mines?

Comment le Mozambique se débarrasse de ses mines?

Tanzanie

A l’école des rats démineurs

A l’école des rats démineurs

Géopolitique

Je signe, donc je suis

Je signe, donc je suis

Mozambique

AFP

A Palma, le rêve gazier contrarié du Mozambique

A Palma, le rêve gazier contrarié du Mozambique

AFP

Montepuez, le nouveau Far West du Mozambique

Montepuez, le nouveau Far West du Mozambique

AFP

Le Mozambique sous la menace du cyclone Dineo

Le Mozambique sous la menace du cyclone Dineo