mis à jour le

Afrique du Sud: la ministre du Travail veut des grèves courtes

La ministre du Travail sud-africaine Mildred Oliphant a appelé mardi à ce que les grèves pour les salaires attendues à partir de jeudi dans le secteur minier soient de courte durée.

"Il nous faut aussi réfléchir à deux fois sur la sagesse des grèves prolongées et nous interroger pour savoir si elles sont dans l'intérêt des travailleurs ou non", a-t-elle déclaré à la réunion annuelle de l'autorité de conciliation des conflits du travail (Nedlac) qui associe responsables syndicaux, patronaux et gouvernementaux.

"Au-delà d'une certaine période, la grève cesse d'être une arme pour défendre les intérêts des travailleurs mais devient un balle tirée dans le pied des travailleurs eux-mêmes", a-t-elle ajouté.

 

Deux fois et demi le salaire actuel

 

Jeudi, des dizaines de milliers de mineurs sont appelés à la grève par le syndicat radical Amcu, qui exige deux fois et demi le niveau de salaire actuel.

Les trois premiers producteurs mondiaux de platine, Amplats, Implats et Lonmin, seront affectés, Amcu y étant devenue majoritaire dans la foulée du conflit de Marikana où la grève sauvage avait tourné au massacre de 34 mineurs par la police.

Dans les mines d'or, ce syndicat conserve une influence plus marginale et doit compter avec une plainte en référé de la Chambre des mines pour bloquer la grève et la déclarer illégale selon les médias sud-africains.

L'an dernier, le secteur automobile a été affecté par deux grèves successives de plusieurs semaines qui ont amputé la croissance économique déjà ralentie. Et plus récemment, des mineurs d'une petite mine de platine ont fait grève dix semaines avant d'arracher environ 9,5% de hausse salariale.

"Les choses ne peuvent qu'aller mieux, et ce sera possible si nous nous engageons à travailler ensemble en répondant aux nombreux défis auxquels nous sommes confrontés", a déclaré Mme Oliphant.

Mme Oliphant a par ailleurs balayé les appels, venant entre autres du Fonds monétaire international (FMI), à assouplir la législation du travail. "Certains estiment (...) que le marché du travail en Afrique du Sud est trop encadré. Ce n'est pas du tout notre avis", a-t-elle dit.

AFP

Ses derniers articles: RDC: sanglante incursion de miliciens armés dans la capitale minière Lubumbashi  Centrafrique: le président Touadéra annonce sa candidature  Génocide au Rwanda: Kabuga extrait de sa cellule "pour raisons médicales" 

Afrique

AFP

Nioro du Sahel, berceau d'une influente branche de l'islam soufi en Afrique de l'Ouest

Nioro du Sahel, berceau d'une influente branche de l'islam soufi en Afrique de l'Ouest

AFP

Xénophobie chronique en Afrique du Sud: les étrangers "vivent dans la peur" (HRW)

Xénophobie chronique en Afrique du Sud: les étrangers "vivent dans la peur" (HRW)

AFP

Une "trahison": le Covid en Afrique offre un nouveau marché aux corrompus

Une "trahison": le Covid en Afrique offre un nouveau marché aux corrompus

grèves

AFP

Grèves en Tunisie: le puissant syndicat UGTT se dit ouvert au compromis

Grèves en Tunisie: le puissant syndicat UGTT se dit ouvert au compromis

AFP

Gabon: les prisons engorgées après sept mois de grèves dans la justice

Gabon: les prisons engorgées après sept mois de grèves dans la justice

AFP

Niger: l'université paralysée par des grèves d'étudiants

Niger: l'université paralysée par des grèves d'étudiants

ministre

AFP

Togo: démission du Premier ministre et du gouvernement

Togo: démission du Premier ministre et du gouvernement

AFP

Soudan du Sud: le président Kiir congédie son ministre des Finances

Soudan du Sud: le président Kiir congédie son ministre des Finances

AFP

Ethiopie: les élections au Tigré risquent de consommer la rupture avec le Premier ministre

Ethiopie: les élections au Tigré risquent de consommer la rupture avec le Premier ministre