mis à jour le

Not Impossible Labs
Not Impossible Labs

Des prothèses portées à bout de bras dans les deux Soudans

Une société américaine fournit des prothèses aux mutilés de guerre grâce à la technique de l'impression tridimensionnelle.

C’est un bijou de technologie couvé par les montagnes Nouba. Depuis le passage de Mick Ebeling dans la région du Sud-Kordofan, au Soudan, une imprimante 3D trône au milieu des camps de réfugiés. Déchirée par une guerre qui se solda par l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, cette zone limitrophe, foyer de nombreux soutiens sudistes, est demeurée du mauvais côté de la frontière. Les rebelles qui rejettent l’autorité du pouvoir central s’exposent aux bombardements des Antonov envoyés depuis Karthoum. Des rafts qui touchent aussi la population civile.

Crédit : Nuba Mountain Peace Coalition

Pour répondre au désastre humanitaire du Soudan et du Soudan du Sud, qui compte 50.000 personnes amputées, le fondateur de la startup californienne Not Impossible Labs, Mick Ebelin, a offert de mettre l’impression tridimensionnelle au service des mutilés de guerre. Une technique qui, si elle peut permettre de concevoir des armes, permet également d’en panser les blessures, en produisant, pièce par pièce, des prothèses en plastique.

Lorsqu’en 2012, M. Ebelin lit le témoignage de Daniel Omar, un Soudanais de 14 ans, dans le magazine Time, il est choqué par son désarroi.

«J’ai trois enfants, c’était dur pour moi de lire une histoire à propos d’un jeune homme qui avait perdu ses bras», confesse le jeune entrepreneur au Guardian.

En novembre 2013, il décide donc de se rendre au Soudan dans l'espoir de trouver Daniel et de lui bâtir un bras. Après quelques jours de recherches, de rapides discussions et plusieurs heures d’assemblage, il parvient à lui greffer le nouveau membre.  

Le succès de l’intervention a fait des émules. Retourné aux Etats-Unis, Ebelin a confié la direction des opérations au Dr Tom Catena, qui continue d’imprimer les composants de prothèses en plastique en partenariat avec les populations locales.

«En consultant mon téléphone à mon arrivée à Los Angeles, je me suis aperçu que j’avais un e-mail de Dr Catena disant: les gars ont fini deux bras, pendant que vous étiez dans les airs», s’enthousiasme Ebelin.

Même si le pays fait face à d’autres priorités, «l’accès à des prothèses abordables et important pour l’avenir du Soudan» reconnaît David Nash, chef de la mission de Médecins Sans Frontières au Soudan du Sud.

Lu sur The Guardian

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

amputés

AFP

Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud

Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud

plastique

AFP

Avec les plongeurs de l'Océanium,

Avec les plongeurs de l'Océanium,

AFP

Au Sénégal, un restaurateur part en croisade pour le zéro plastique

Au Sénégal, un restaurateur part en croisade pour le zéro plastique

AFP

Avec la Tanzanie, un 34e pays africain bannit les sacs en plastique

Avec la Tanzanie, un 34e pays africain bannit les sacs en plastique

Soudan

AFP

Barrage sur le Nil : l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan s'accordent pour reporter la mise en eau (Egypte)

Barrage sur le Nil : l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan s'accordent pour reporter la mise en eau (Egypte)

AFP

Le Soudan étranglé par une pénurie de médicaments

Le Soudan étranglé par une pénurie de médicaments

AFP

Le Soudan espère bientôt être retiré de la liste noire américaine

Le Soudan espère bientôt être retiré de la liste noire américaine