mis à jour le

Egypte: les résultats du référendum constitutionnel attendus

Les autorités égyptiennes doivent annoncer samedi les résultats du référendum sur la nouvelle Constitution qui pourraient ouvrir la voie à une candidature à la présidentielle du chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi qui a destitué l'islamiste Mohamed Morsi.

Depuis cette destitution le 3 juillet, l'Egypte est profondément divisée entre partisans de M. Morsi et ceux du nouveau pouvoir dirigé de facto par les militaires qui les réprime, et est prise dans un engrenage de violences meurtrières.

La Haute commission électorale doit tenir une conférence de presse vers 16H00 GMT pour annoncer les résultats du scrutin de mardi et mercredi, dont le principal enjeu est le taux de participation alors que la victoire du "oui" ne fait aucun doute.

Ce référendum a été présenté par le pouvoir comme une caution populaire à l'éviction de M. Morsi, mais les partisans de ce dernier, qui l'ont boycotté, continuent de crier au coup d'Etat et de manifester malgré la faible mobilisation et la répression.

Le scrutin a été d'ailleurs émaillé de violences qui ont fait 10 morts, alors que des heurts vendredi entre manifestants pro-Morsi et la police ont tué quatre personnes, selon un dernier bilan.

En attendant les résultats officiels, le journal gouvernemental Al-Ahram a fait état d'un taux de participation supérieur à 40% avec une "majorité écrasante de 'oui'". Selon l'agence Mena, la participation a été de 39% dans 20 des 27 provinces.

 

'Toutes les routes mènent Sissi à la présidence'

 

Un proche du général Sissi, véritable homme fort du pays, a laissé entendre que la participation servirait d'"indicateur" à ce dernier à l'approche de la présidentielle.

Les autorités misent sur un taux de participation supérieur aux 32,9% enregistrés lors du référendum constitutionnel de 2012.

Le référendum est la première étape de la "transition démocratique" promise par l'armée qui doit se poursuivre avec des législatives et une présidentielle courant 2014. Un président intérimaire et un gouvernement de transition nommés par l'armée sont actuellement en place.

"Toutes les routes mènent Sissi à la présidence de la République", écrit en Une samedi le journal officiel Al-Akhbar. 

Avant le référendum, le général Sissi, également ministre de la Défense et vice-Premier ministre, a déclaré qu'il se porterait candidat à la présidentielle si le peuple "le réclam(ait)" et si l'armée l'appuyait.

Le 3 juillet, il avait lui-même annoncé l'éviction de M. Morsi, assurant répondre au souhait de millions de manifestants qui ont réclamé le 30 juin le départ du président islamiste, accusé d'accaparer le pouvoir.

C'est sur cet épisode que les autorités attendaient les électeurs, dont la plupart n'ont pas lu la nouvelle Constitution --révision à la marge de celle adoptée sous Morsi en 2012.

Le scrutin était "aussi un référendum sur le 30 juin", selon Hani Salah, porte-parole du gouvernement intérimaire.

 

Rendez-vous le 25 janvier

 

Quoiqu'il en soit, rien ne laisse présager une réconciliation rapide dans le pays.

L'Alliance contre le coup d'Etat, une coalition pro-Morsi chapeautée par les Frères musulmans dont est issu M. Morsi et désignée comme "organisation terroriste" par le pouvoir, veulent poursuivre leur mobilisation coûte que coûte.

Outre les manifestations anti-référendum cette semaine, elle a appelé à des rassemblements le 25 janvier, jour du 3e anniversaire de la révolte ayant chassé Hosni Moubarak du pouvoir.

Dans l'autre camp, le ministre de l'Intérieur a demandé aux partisans des nouvelles autorités à manifester en masse ce jour-là pour contrer "le plan des Frères musulmans de semer le chaos".

Les Frères musulmans, qui avaient remporté toutes les élections depuis la révolte de 2011, peinent à mobiliser massivement face à la répression qui a fait plus de 1.000 morts et des milliers d'arrestations dans leurs rangs.

En outre, depuis que les Frères musulmans ont été déclarés "organisation terroriste", leurs dirigeants encourent la peine de mort, et les participants à leurs manifestations cinq années de prison. M. Morsi est en détention et poursuivi en justice.

Outre les violences occasionnées lors des rassemblements, le pays a été secoué par plusieurs attentats meurtriers imputés aux islamistes les plus radicaux et visant notamment les forces de sécurité.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: la télé publique, emblème des immenses besoins du pays  La Côte d'Ivoire va investir dans le tourisme médical  Maroc: des manifestants s'en prennent 

référendum

AFP

Mauritanie: la révision constitutionnelle soumise

Mauritanie: la révision constitutionnelle soumise

AFP

Côte d'Ivoire: le Conseil constitutionnel valide le référendum

Côte d'Ivoire: le Conseil constitutionnel valide le référendum

AFP

Côte d'Ivoire: le président qualifie le référendum de "plébiscite"

Côte d'Ivoire: le président qualifie le référendum de "plébiscite"

résultats

AFP

Gambie: le président sortant Jammeh rejette les résultats une semaine après

Gambie: le président sortant Jammeh rejette les résultats une semaine après

AFP

Gambie: une semaine après, le président Jammeh rejette les résultats

Gambie: une semaine après, le président Jammeh rejette les résultats

AFP

Ghana: l'opposant creuse son avantage, toujours pas de résultats

Ghana: l'opposant creuse son avantage, toujours pas de résultats